Drogue : un an de prison requis contre le rappeur « Mister You »

Drogue : un an de prison requis contre le rappeur « Mister You »

Paris Vox – De son vrai nom Younès Latifi, le rappeur était jugé en appel pour des faits de consommation, détention, acquisition de stupéfiants et incitation à la consommation.

Le chanteur avait notamment cru malin et sans doute très « rebelle » de vanter sur les réseaux sociaux la qualité des produits stupéfiants du réseau « Caliweed 94 » à Villejuif (Val-de-Marne). Le parquet a demandé la confirmation de la peine prononcée en premier instance, soit un an de prison (aménageable) et une amende de 15 000 euros.

C’est dans une vidéo postée en février 2019 sur son compte Snapchat que le rappeur (et jeune père de famille… bel exemple paternel) avait vanté le « four de Villejuif », l’un des plus gros points de deal du sud-francilien. Sur les images, rediffusées au cours du proc-s, il fumait également un joint.

L’avocat du rappeur, Robin Binsard, a tenté d’expliquer que ce passé de délinquant de son client, déjà condamné en 2010, était révolu et qu’il se consacrait maintenant pleinement à ses « projets musicaux ».

Pourtant c’est bien sur sa réputation de voyou que le rappeur franco-marocain a fondé sa réputation dans le milieu du rap.

En effet, en 2006, il est arrêté pour détention de cannabis mais réussit à échapper aux forces de l’ordre lors d’une perquisition en sautant de sa chambre située au 2e étage. Après avoir séjourné trois fois en prison pour de courtes peines, il est impliqué en 2007 dans une affaire de stupéfiants. Il est condamné en 2008 par contumace à cinq ans de prison par le tribunal de grande instance de Paris. Décidant de ne pas se rendre à la justice, il s’enfuit quelque temps en Bretagne et dans le sud de la France vivant comme un fugitif pendant plusieurs années. Il revient à Paris en 2009 pour enregistrer une mixtape sous le titre provocateur « Arrête You si tu peux », dans laquelle il nargue ouvertement les forces de l’ordre. Identifié rapidement après cette provocation par les enquêteurs de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF), le rappeur sera interpellé le 3 décembre 2009 à Paris, dans le quartier de Barbès, après plus de deux ans et demi de cavale. Bien qu’il ait admis l’usage de drogues à des fins personnelles, il nie toute implication dans le trafic de drogue. Le tribunal le condamnera à une peine de trois ans de détention dont un an avec sursis (et obligation de soins), et 5 000 € de caution.