Désinfox Coronavirus : un pas supplémentaire vers le contrôle des médias ?

Désinfox Coronavirus : un pas supplémentaire vers le contrôle des médias ?

Paris Vox – Le gouvernement lance une plateforme pour lutter contre la prétendue « désinformation » autour du Coronavirus… Une nouvelle étape avant un contrôle encore plus généralisé des médias ?

Le président Macron a décidé il y a quelques semaines de se passer de journalistes lors de ses déplacements. Cette décision a ému les journalistes assignés au suivi du déplacement du président de la République. Nous abordions d’ailleurs cette nouvelle ici.

Le gouvernement décide de franchir une nouvelle étape dans son rapport aux médias. Il institutionnalise en effet la lutte contre les prétendues fausses nouvelles en lançant une plateforme dédiée à la désinformation autour du Covid-19. Cette plateforme est alimentée par différents médias dont les articles sont labellisés par le gouvernement.

Les articles sélectionnés proviennent de différentes sources. Pourtant il faut souligner que l’ensemble des médias sélectionnés par l’État ont pour point commun d’être subventionnés par celui-ci également. On peut voir cités par exemple Libération, 20 Minutes, l’AFP.

Il est précisé sur la plateforme comment ont été choisis les médias et comment d’autres peuvent les rejoindre “Sont référencés sur cette page les articles des médias français, depuis le 15 avril, disposant d’une rubrique fact checking depuis au moins 2 ans ; d’une équipe fact checking spécialisée ; et d’un accès gratuit au contenu. Votre média décrypte les infox dans le cadre de la crise sanitaire ? Contactez-nous afin que les articles de votre rédaction soient recensés.”

En appliquant ces critères, de nombreux titres de presses sont mis à l’écart.

Le gouvernement se défend régulièrement de toute dérive totalitaire. Pourtant, la démocratie rêvée et vendue par nos autorités s’éloigne chaque jour un peu plus. Le gouvernement, en mettant cette plateforme en place, nuit gravement au pluralisme. Des médias sont sélectionnés et promus par le gouvernement pour démêler le vrai du faux en ce qui concerne cette crise sanitaire. C’est à dire ceux qui relaient fidèlement le discours gouvernemental. En sera-t-il de même demain pour d’autres sujets ?

Ironique de voir que cette plateforme est promue par la porte-parole du Gouvernement qui est elle-même régulièrement pointée du doigt pour ses approximations dans la gestion de la crise. Elle avait par ailleurs assuré pouvoir « mentir pour protéger le président » peu de temps après son intronisation.