Connaissez-vous le Club de la Presse ?

Connaissez-vous le Club de la Presse ?

Paris Vox – Hasard du calendrier, Le Club de la Presse offre digitale de journaux non conformiste arrive en plein confinement. Rencontre avec Véronique COUPRY qui est l’initiatrice de ce projet.

Pourriez vous nous présenter Le Club de la Presse ?

Le Club de la Presse propose au grand public un accès digital et illimité à (presque) toute la presse libre et non-conformiste française, dans sa diversité.

Comment vous est venu cette idée ?

D’un constat, double : 1° Trop peu de gens lisent ces titres pourtant de grande qualité, mais qui manquent de moyen pour se faire connaître ou se rappeler au bon souvenir de ceux qui les connaissent et qui n’ont pas renouvelé leur abonnement. Le prix (Acheter l’ensemble des magazines dans le bouquet coûterait 120 euro. Qui a les moyens de dépenser cette somme chaque mois en presse ? Presque personne…), le manque de place du fait de logements petits, la mobilité accrue des Français, le manque de temps (À moins de pouvoir lire la presse sur son smartphone, entre deux rendez-vous, dans les transports ou bientôt dans sa voiture autonome, comme le propose Le Club de la Presse) sont autant de facteurs qui compliquent la donne.

2° Nous sommes à la veille d’un nouvel âge d’or de la presse réservé toutefois aux marques très fortes. En 2005, The New York Times vendait 1 150 000 exemplaires par jour (abonnements compris). En février 2020, le vénérable quotidien américain de centre gauche a annoncé avoir atteint les cinq millions ( !) d’acheteurs quotidien / abonnés (dont un dixième le sont toujours au print, la version papier, qui n’a pas vocation à cesser, qui légitime et institutionnalise même l’édition web). Les acheteurs du NYT pourraient bien être 20 millions dans dix ans, aidés en cela, il est vrai, par le caractère trilingue (anglophone, hispanophone et sinophone) du titre (en attendant d’autres traductions).

Après des années de réflexion, je crois 1° que le papier doit continuer à exister, 2° que le train du digital doit être pris a) non seulement pour survivre mais aussi b) pour toucher un nombre de record de lecteurs payants. Je vais être clair, au Club de la Presse, nous n’avons pas de marque mondiale mais nous avons pour nous la diversité des titres (forcément fidélisante. On adhère au Club de la Presse quand on est intéressé par plusieurs titres. Un titre peut décevoir, pas cinq, dix ou quinze !), le prix, la facilité d’accès et de lecture. Ce qu’il est impossible de réussir avec un titre se tente plus facilement tous les titres ensemble. Nous changeons aussi la logique historique : dans le monde d’hier, du fait d’un pouvoir d’achat forcément limité, acheter le journal A pouvait compliquer l’achat du journal B et surtout du journal C, du journal D, du journal E, du journal F, etc.. Désormais, on adhère au Club de la Presse pour trois, quatre, cinq, dix journaux. Chacun est fort de sa force, bien sûr, mais aussi de la force des autres. Le journal A a financièrement intérêt à ce que des internautes s’abonnent, même si c’est pour les journaux B, C, D et E. Les journaux ne sont plus concurrents, les familles de pensée non plus. Le brassage entre ces familles devraient s’accélérer et leur permettre de travailler davantage ensemble. Nous espérons poursuivre le chemin entamé pendant la Manif pour Tous où le peuple de droite dans toute sa diversité a marché pour les droits de l’enfant, où des conservateurs ont croisé des libéraux, où des identitaires ont rencontré des catholiques, etc. De même que l’économie ouverte complique les guerres entre pays, l’intérêt économique convergent des différents médias pourrait bien favoriser l’union des droites dans le respect de l’indépendance, de l’unicité de chacune. Peut-être de quoi permettre un «  fusionism  » à la française…

Quel est le prix de l’abonnement ? Pour quelle durée ?

Nous proposons pour l’instant une formule unique : pour 12,99 euros par mois, et sans engagement, vous pouvez accéder à une vingtaine de magazines libres et non-conformistes comme Le Bien Commun, L’Étudiant Libre, L’Homme Nouveau, L’Incorrect, Liberté Politique, Livr’Arbitres, Monde & Vie, Les Publcations de Contribuables Associés, La Nef, La Nouvelle Revue Universelle, Politique Magazine, Présent, Renaissance Catholique, Tous Contribuables… Pour remercier les nouveaux abonnés, nous leur offrons deux cadeaux dès l’inscription : Un Atelier de l’Histoire consacré à l’incroyable épopée de Jeanne d’Arc, d’une valeur de 29 euros, ainsi que Verdun, 21 février 1916 – 18 décembre 1916, une e-bande dessinée* de Reynald Secher, Guy Lehideux et Jean-Claude Cassini (Reynald Secher Éditions) de 48 pages d’une valeur de 15 euros.

La lecture de ces journaux est-elle optimisée sur les différents écrans ? Cela nécessite t’il un équipement particulier ?

Elle l’est. Non.

Nous vous laissons conclure librement

Le Club de la Presse est une véritable opportunité pour les éditeurs et les lecteurs. Il a vocation à accueillir de nouveaux titres en son sein et à attirer toujours plus d’internautes. Ceux-ci peuvent le tester sans engagement, exactement comme Netflix. Attention, l’essayer, c’est prendre le risque de l’adopter !

*Attention, il s’agit d’une bande dessinée en version digitale, à consulter sur Le Club de la Presse une fois connecté.

Plus d’informations sur : www.leclubdelapresse.fr