Les Gilets Jaunes (finalement) vaincus, pour l’instant…

Les Gilets Jaunes (finalement) vaincus, pour l’instant…

Paris Vox – (Tribunes) Pour Jean Ernice, la crise sanitaire actuelle sonne le glas des Gilets Jaunes dans la forme connue jusqu’alors. Mais quelle forme pourrait prendre une résurgence du mouvement, qui est loin d’être à exclure ?

Cela faisait plus d’un an qu’ils battaient le pavé et occupaient les ronds-points, les samedis par vents, par pluie et par toutes les nuances offertes par la météorologie. Le choix de ce jour de semaine n’était pas anodin d’ailleurs, une manière de montrer que l’on est pas syndicaliste professionnel. Une manière également de réserver le dimanche à la famille afin de reprendre des forces pour attaquer des semaines pas toujours faciles.

Pour faire stopper les Gilets Jaunes, le Gouvernement a tout tenté ou presque. En haut lieu, on a initialement ri en pensant à ses ploucs à qui on avait pourtant demandé de « venir chercher » le président Macron. Puis on s’est progressivement inquiété, la colère sourde d’un peuple se faisant trop visible et trop audible. On a tenté de rabaisser les manifestants, trop puants, trop racistes, antisémites même, mais rien n’a fait, chaque samedi ils étaient là. On à dégainé quelques mesures pansements, la prime Macron etc, mais rien n’y a toujours fait, ils étaient toujours là. Ensuite, on a éborgné et tenter d’imposer physiquement un respect qui n’était plus naturel ni mérité, peine perdue, ils étaient encore là. Chaque tentative de solution esquissée par le gouvernement se retrouvait irrémédiablement avortée.

Ni les vacances, ni le froid, ni la répression n’auront eu raison du mouvement des Gilets Jaunes. Certes, le mouvement des dernières semaines ne ressemblait plus à celui du début. Mais parmi les gens qui continuaient à se battre, beaucoup étaient néanmoins là depuis le début. D’ailleurs les querelles et les tentatives plus ou moins réussies de récupération n’aboutissaient qu’à des échecs ou des fins de non-recevoir.

Le confinement et les règles imposées pour stopper la propagation du Covid-19 ont de facto rendu impossible toute mobilisation, celle des Gilets jaunes également. La solution pour mater les Gilets Jaunes enfin trouvée ?

Lorsque sera levé le confinement, qu’en sera t-il ? Et si la vague était plus importante ?

Les problématiques soulevées par les Gilets Jaunes demeurent cruellement d’actualité. L’hôpital se meurt et le roi est nu. Les membres des forces de l’ordre, ceux-là même qui étaient le bras armé du pouvoir, sont aujourd’hui sous-équipés pour faire face à cette pandémie. Où seront-ils demain, quand la crise sanitaire sera passée ? La crise sociale est profonde, les causes et les coupables multiples. Il n’y a donc aucune raison donc pour ne renaisse pas un grand mouvement, même s’il se peut qu’il faille attendre quelques semaines ou mois, le temps que le « choc » du confinement soit passé.

Et, en se prenant à rêver, demain ce mouvement, plus fort, plus structuré, nourri des constats de la crise sanitaire et économique, se lèvera peut-être aussi pour régler une autre crise, celle du sens et du modèle de société… Il ne s’agira alors plus d’une jacquerie, mais d’une révolution …

Jean Ernice