Créer plutôt qu’acheter …

Créer plutôt qu’acheter …

Paris Vox – (Tribunes) Jean Ernice déplore les effets de la société de consommation qui fait de chacun de nous des consommateurs et rien d’autre !


La société capitaliste dans laquelle nous vivons fait de chacun de nous des consommateurs. Dorénavant, nombreux sont ceux qui pensent qu’être un consommateur responsable (acheter local, éthique…) c’est agir pour changer le système. Pourtant, si acheter de façon responsable est utile, cela ne peut s’avérer suffisant. L’acte d’achat, même réfléchi et »éthique », demeure un acte attendu par le système mercantile dans lequel nous vivons.

C’est d’ailleurs toute sa perversité de faire croire que l’acte d’achat puisse être anti-système.

Prenons un exemple concret avec le cas de H&M.

L’enseigne de prêt à porter vend, par exemple, des tee-shirts de groupes de rock qui promeuvent des visions alternatived de la société. Moyennant quelques euros, une quinzaine, vous pouvez ainsi devenir l’heureux propriétaire d’un tricot de peau aux couleurs de Metallica ou autre figure « rebelle ».  

L’acheteur se sent fier de faire l’acquisition de ce produit et cela pour plusieurs raisons. Il pense satisfaire plusieurs besoins en achetant ce produit.

En reprenant les besoins que Maslow a théorisé dans sa pyramide, on peut retrouver :
  • un besoin physiologique primaire (je ne suis plus torse nu, j’ai un maillot désormais)
  • un besoin d’appartenance (cette tenue me permet de me distinguer et d’être entouré)
  • un besoin de reconnaissance, ce tee-shirt nous fait sentir différent, fort et fier de soi. C’est un groupe que j’aime et je me sens en lien et en empathie avec lui.
  • Le dernier étage de la pyramide est l’accomplissement de soi. Fort heureusement, acheter un maillot n’aboutit pas ce besoin. Mais dans le cas de l’achat d’un voiture électrique Tesla par exemple, l’accomplissement n’est guère éloigné.

Si l’exemple du Tee-shirt vous paraît non avenu, cet exemple peut être remplacé par le fait de se nourrir exclusivement de produits BIO.

Acheter pour exister ? !

La perversion du système actuel fait que nous devons acheter régulièrement des objets divers pour continuer à croire satisfaire ces besoins. Tout devient jetable et à durée limitée, on achète pour se sentir bien ou pour continuer à “être dans le coup”. Acheter quand ce n’est pas nécessaire est pourtant une hérésie. Mais la société ne cesse de créer des manques artificiels, des « vides ». La nature ayant horreur du vide, chacun essaie de le combler, avec toujours plus de consommation. Même les relations humaines se consomment (et se consument) désormais. Des alternatives à l’acte d’achat, pourtant, il en existe, le prêt, le don, le troc pour commencer.

Mais plus fort que ces alternatives pourtant sérieuse est la création. Il faut créer, sans cesse. La création individuelle et collective doit être plus forte que la consommation. Il faut cesser d’être spectateur de cette société. Il est temps de devenir acteur. Nous n’aurons jamais trop d’artistes, d’artisans et de paysans. Il faut créer, pour perdurer, pour continuer à faire vivre le génie européen. Le temps du petit commentaire et de l’achat compulsif doit cesser.

Et vous ?  

Quels sont vos talents, qu’aimez vous faire vraiment ?  Il est temps de devenir qui nous sommes et agir vraiment. Il faut créer sans cesse. Être force par l’exemple. Et si l’on se croit incapable de créer soi-même, il faut soutenir concrètement ceux qui créent.

Ne soyons pas comme ces vaches qui regardent passer les trains, alors que nous pourrions devenir le chauffeur du train et les aiguilleurs de celui-ci…   

Jean Ernice
Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance