Griveaux, victime idéale ?

Griveaux, victime idéale ?

Paris Vox – (Tribunes) L’actualité « chaude » du moment, c’est le retrait de Benjamin Griveaux de la course aux Municipales pour Paris. Pierre Pillerault donne son avis sur ce sujet qui divise.

Je suis partagé concernant l’affaire Griveaux.

Si je n’ai bien évidemment aucune sympathie ni pour la prétendue victime ni pour le propagateur de vidéo, j’en ai encore moins pour ce que cela révèle de notre classe politique.

Je n’arrive pas à comprendre en quoi le fait de voir révéler des échanges graveleux avec une minette suffit à mettre hors course un candidat à la mairie de la capitale.

J’entends bien que cela relève l’hypocrisie de quelqu’un qui mettait en avant ses valeurs familiales mais est-ce que cela dénote vraiment dans une cinquième république dont tous les magistrats suprêmes depuis 1974 ont été des personnalités à la sexualité que l’on pourra qualifier de pour le moins débridée… Enfants cachés, pluridivorcés, maîtresses à gogo et là, on nous fait toute une histoire pour une vidéo grivoise ?

On parle beaucoup d’américanisation de la vie politique, j’ai beaucoup de mal à adhérer à cette théorie au vu des casseroles et des frasques que traînent nombre d’élus et réélus. Toutes ces affaires qui seraient rédhibitoires outre-Atlantique n’ont jamais empêché de longues carrières politiques ici.

À moins que cette tempête dans un verre d’eau ne constitue qu’une excuse face à un désastre annoncé. Cela signifierait alors que le candidat visé manquerait de courage, on a du mal à l’imaginer…

Pierre Pillerault