Philippe Bornet : Pourquoi les gilets jaunes sont la multitude et non le peuple et pourquoi le désordre nous mène à la dictature ?

Philippe Bornet : Pourquoi les gilets jaunes sont la multitude et non le peuple et pourquoi le désordre nous mène à la dictature ?

Paris Vox (Tribunes) – Philippe Bornet est ancien journaliste à Valeurs Actuelles, chirurgien et essayiste. Il a publié « Demain la Dictature », aux Presses de la Délivrance.


Le jour où le proconsul Sylla entra en maître à Rome, le 6 juillet 83, voyant flamber le temple de Jupiter sur le Capitole, il inventa la dictature souveraine.
La dictature n’est pas la tyrannie mais une forme légale de pouvoir qui tire sa force d’une large assise populaire.

A l’heure où les gilets jaunes marchent sur l’Elysée en se heurtant au mur des boucliers des CRS, où des balles en plastique sont tirées au visage des manifestants et où d’anciens généraux en chef  éprouvent le besoin de se disculper du soupçon de fomenter un coup d’Etat en assurant « ne pas faire de politique », la dictature est une option comme une autre.

Le monde contemporain n’a jamais compris la dictature. Il lui aurait fallu maîtriser ces concepts mentaux hérités de l’Antiquité, oubliés jusqu’à la politologue Hannah Arendt (1906-1975), que sont l’auctoritas (autorité) et la potestas (puissance) et que la langue française ne peut même plus rendre.

Qu’est-ce qu’une tyrannie  ?

Le tyran est un monstre qui opprime son peuple en usant de la force pure. Il ne dispose que de la potestas. La Grèce n’a jamais connu la dictature mais souvent la tyrannie, pouvoir certes monocratique et absolu, mais détenu par usurpation, généralement après abolition de l’aristocratie.

—————————————————————————-

Et Platon explique que la perte d’auctoritas mène à la tyrannie  : « lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter (…) alors, c’est là (…) le début de la tyrannie ».

——————————————————————–

Diodore de Sicile relate l’exemple de Denys le Tyran. Denys confia à Damoclès que sa vie était devenue un enfer  : pour satisfaire à sa sécurité, il devait sacrifier même son amant préféré sur un simple soupçon. Plus de liberté dans une tyrannie, pour le tyran comme pour les citoyens  ! Il vit comme sous le couperet d’une épée suspendue au-dessus de sa tête et retenue par un cheveu. La fameuse épée de Damoclès.

Sur ce point,Rousseau a vu clair  : « un tyran est un particulier qui s’arroge l’autorité royale sans y avoir droit… bons ou mauvais princes dont l’autorité n’était pas légitime… Ainsi tyrans et usurpateurs sont deux mots parfaitement synonymes ».

Qu’est-ce qu’une dictature  ?

Originellement le dictateur est un magistrat romain qui détient tous les pouvoirs exécutifs pour une durée de six mois. Il est nommé par le consul avec approbation du Sénat.  Le dictateur semble en première analyse un monarque au pouvoir absolu mais limité dans le temps. Son but  : sauver la république (res publica  : la chose publique, les affaires). Or le dictateur ne dispose pas que de la potestas mais aussi de l’auctoritas.

Quand nomme-t-on un dictateur  ? En cas de guerre, interne ou externe.  En cas de situation périlleuse dont on n’arrive pas à se dépêtrer par les moyens habituels. Le dictateur c’est la démocratie mise entre parenthèses. La dictature est une contradiction salvatrice. La démocratie se survit en se contredisant, au prix du dilemme  : mourir ou s’avouer basée sur un faux principe.

Le juriste allemand Carl Schmitt (1888-1985) n’a voulu traiter la dictature que comme un non-être politique, un cas critique exceptionnel, repoussé en lisière du principe général de la démocratie triomphante. Mais l’exception infirme la règle. Et la tache noire de l’exception grandit démesurément jusqu’à engloutir le faux principe, qui (ne) lui a (pas) donné naissance, et va ainsi connaître son entière destruction.

De la dictature de commissariat, limitée dans le temps, on passe à la dictature constituante. Faut-il en faire grief au dictateur, lui qui est institué pour franchir un obstacle et qui, non content d’avoir trouvé la solution, s’ingénie à éviter un retour du problème et réforme l’Etat  ? La dictature est disruptive. La disruptivité est un concept tiré du l’étude de l’électricité. Une étincelle jaillit brusquement dans un circuit et entraîne une modification de la nature de l’isolant. De même, en Politique, une étincelle jaillit (par exemple, un coup d’Etat) et change la nature du régime  : de la démocratie, on passe en monarchie.

Pour comprendre cela, nous pouvons faire appel à la philosophie de Bergson qui affirme en substance que la différence de degré entraîne la différence de nature. Prenons l’exemple classique du tas de sable. Chaque grain de sable est solide, acéré, dur, capable de tout rayer sauf le verre et le diamant. Mais comment est le tas de sable sinon doux au toucher, fluide et parfait pour s’étendre  ? N’y a-t-il pas changement radical de nature, du froid  minéral au mol oreiller de nos paresses  ?

La dictature contrairement à la tyrannie est un brusque rétablissement de l’auctoritas.

Avons-nous besoin d’un dictateur pour remédier au désordre  ?

Lorsque De Gaulle prit le pouvoir en mai 1958 et que les Dakotas de l’opération aéroportée sur Paris décollèrent, le nom de code de l’opération fut Résurrection. Le choix de ce mot est un trait de génie. La dictature est en effet, dans son essence, une résurrection de la souveraineté, une conjonction subite de deux astres politiques (auctoritas et potestas), une revanche de cet ordre éternel dont le métaphysicien gnostique Guénon (1886-1951) a prévu le retour, et qui reçoit sa loi d’un principe spirituel supérieur.

————————————————————————————-

Il n’y a que deux forces dans le monde l’Esprit et le Sabre. A la longue, le Sabre est toujours battu par l’Esprit. Napoléon.  

—————————————————————————————-

Le dictateur, délaissant son rôle d’épouvantail du Politique, devient ainsi une véritable figure christique, un anti-Prométhée, qui désobéit aux hommes qui ont désobéi aux dieux, et auquel Cicéron dans son De Republica promet le paradis  !

Mais comment la dictature apparaît-elle en admettant qu’elle restaure l’Auctoritas  ?

L’Histoire n’aura pas deux opinions sur ce point et Clio, cette muse à laquelle sacrifient tous les adorateurs du Politique, est formelle  : la dictature s’impose par un mécanisme univoque, irréversible et implacable en douze étapes  :

  1. Désordre dans la rue. La multitude des citoyens, aujourd’hui habillés de jaune pour l’occasion, se rassemble sur les ronds-points. Elle ne prétend pas apporter une solution mais poser instamment un problème. Hé, Messieurs du sommet, vous qui avez fait de profondes études et mettez de belles cravates, quand songerez-vous à trouver une solution à nos soucis  ? Allons-nous supportez longtemps l’étranger à nos portes, les trains arriver en retard et nos usines bradées à l’extérieur  ?
  2. Impéritie du gouvernement. L’Etat ne fait plus son travail. Il est incapable de solder ses fonctionnaires, d’accorder des cartes grises ou de distribuer des inscriptions en faculté. Ses ministres démissionnent en chaîne, ses hauts-fonctionnaires se défilent. A l’Intérieur, le titulaire de la place Beauveau rend son poste et se retire dans sa bonne ville. Les députés sont un ramassis d’incultes sans expérience qui mordent les chauffeurs de taxi et se jugent trop intelligents et trop subtils.
  3. Mécontentement dans l’armée et la police. Le chef en chef des armées démissionne, horrifié par la baisse des crédits militaires. Les policiers se plaignent du service incessant qu’on leur impose et une prime exceptionnelle suffit à peine à calmer leur colère.
  4. Guerre ou menace de guerre. M. Gérard Colomb l’affirme  : deux communautés jadis côte-à-côte se trouveront bientôt face à face.
  5. Echec et peur des élites. L’élite de nos forces de l’ordre se retranche dans un périmètre sacré comportant l’Elysée et les deux chambres. Le seul mot d’ordre est celui de Gandalf dans le Seigneurs des Anneaux  : Vous ne passerez pas  ! Un hélicoptère attend pour exfiltrer le président en cas de besoin.
  6. Prestige d’un général. De Villiers, Tauzin etc. Des noms circulent sur les réseaux sociaux. Et ce simple fait est hautement symptomatique du malaise qui parcourt la société.

————————————————————————————————

 « Dans une monarchie, les sujets représentent la multitude et le roi (quoique ceci semble fort étrange) est ce que je nomme le peuple ». Thomas Hobbes

———————————————————————————–

Si un homme providentiel apparaissait, la multitude  ne tarderait à s’y soumettre. Tels les Hébreux à Samuel  : nous voulons un roi qui fasse la guerre et marche à notre tête. La multitude ordonnée à l’Un se ferait peuple. Une fois le peuple ayant une tête, il ne tarderait pas à parler par la bouche de son maître. « Rex est populus », dit Thomas Hobbes dans un paradoxe célèbre du De Cive.

Le peuple ayant choisi son champion, les dernières étapes ne sont plus qu’une prise en compte de l’inévitable  :

  • Séduction de l’intelligentsia  : les intellectuels approuvent le retour du « despote éclairé » à la cour duquel  ils ne demandent qu’à paraître,
  • Crédit des pouvoirs financiers  : les capitalistes sont d’accord pour vendre la corde qui servira à les pendre,
  • Désignation d’un coupable  : car il faut un sacrifier groupe ou un classe sociale pour permettre la
  • Répartition du butin entre les auteurs du coup d’Etat. Enfin le
  • Changement de Constitution par des juristes aux ordres sera ratifié par
  • Approbation populaire, plébiscite ou referendum. Gageons que le peuple ratifiera la victoire du plus fort ou donnera raison au dernier à avoir parlé.

Le dictateur c’est l’allégorie de l’Autorité en gloire. Peut-être l’explication de ce mystérieux verset 5, chapitre 12 de l’Apocalypse  : « Et voilà que la Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui mènera toutes les Nations avec sceptre de fer »  ?

BAINVILLE Jacques, Les Dictateurs, Perrin, à paraitre en 2019,

BONAPARTE Napoléon, Commentaires, Imprimerie impériale, 1867,

CICERON Marcus Tullius, La République, Les Belles Lettres, 2012,

GUENON René, Autorité spirituelle et pouvoir temporel, Guy Trédaniel, 1990,

HOBBES Thomas, Du Citoyen, Flammarion, 2013,

SCHMITT Carl, La Dictature, Points, 2015.

Fermer le menu