Paris : le questionnaire de Proust de… Lounès Darbois

Paris : le questionnaire de Proust de… Lounès Darbois

Paris Vox –  Paris Vox lance une nouvelle rubrique, ludique et légère, faisant découvrir à ses lecteurs la vision de Paris d’une série de personnalités au travers d’un « questionnaire de Proust » concernant la Ville Lumière. Rencontre cette fois avec  Lounès Darbois,  auteur de « Sociologie du hardeur. Pour une résistance à la pornographie. »


Monsieur Darbois, et si vous étiez…

  • un monument de Paris ? Le palais de Chaillot, à la fois majestueux et sobre, en pierres calcaires, avec ses étranges citations en or sur les frontons.
  • une rue de Paris ? L’avenue Mozart, où habitaient mes grands-parents dans un 5 pièces merveilleux, inchangé depuis leur installation en 1953 où foisonnaient tableaux et souvenirs des cinq continents. Mon grand-père était médecin militaire en AEF, rallié à Leclerc en 1940.
  • un lieu particulier à Paris ? Le Luco pour son génie très français de la proportion et du contraste, aussi pour le voisinage des rues mythiques d’Assas, Garancière, Saint-Sulpice et Guynemer dont le numéro 4 a une histoire particulière pour ceux qui veulent chercher.
  • une époque dans l’histoire pour vivre à Paris ? Soit la séquence 1950-1980 pour l’absence de digicode, pour croiser Claude Piéplu, Jacques François et Pierre Grimal et m’abonner à la piscine Deligny ; soit le 16ème siècle. Je peux rester des heures devant le plan de Truschet & Hoyaux… Mais c’est un plan.
  • un livre qui évoque Paris ? Mort à Crédit, le plus beau livre de souvenirs d’enfance. Le chapitre où sont décrits les boulots d’adolescent devrait être lu par tous les travailleurs manuels.
  • une raison de quitter Paris ? Le paquet classique : les prix, la racaille, les maraves… Et la vulgarité du bourge de l’ouest qui a zéro livre chez lui mais trois écrans HD, et qui vous ferait presque préférer la racaille.
  • une raison d’y revenir ? La beauté des immeubles d’habitation construits avant 1940, visiter des amis, dîner au Bouillon Pigalle ou au Petit Vendôme. Au mois d’Août la ville est très agréable et calme.

 

Lounès Darbois est né en 1982 en région parisienne. Entre études inachevées, petits boulots, débrouille et voyages, il a connu la pauvreté et la solitude. Mais ayant pu côtoyer, dans sa famille, les « derniers feux de la bourgeoisie classique », il était suffisamment armé intellectuellement pour ne pas assister passivement à son propre déclin et entreprendre, non seulement sa rédemption, mais également la mise en perspective de cette arme de destruction massive, ayant pris conscience, avec Soljenitsyne, qu’ « on asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu’avec des miradors ».

Acheter son livre : ICI

 

Fermer le menu

In Memoriam
Nouveau CD In Memoriam