Élection municipale : les propositions pour remplacer Hidalgo

Élection municipale : les propositions pour remplacer Hidalgo

Paris Vox – L’élection municipale parisienne approche à grands pas. Devant la pléthore de candidats, Jean Ernice envisage les propositions de ces derniers.


Vous pourrez bientôt, chers lecteurs, glisser un bulletin pour les prochaines élections municipales. Devant l’afflux de prétendants pour ravir la place à Anne Hidalgo, on peut penser que le fauteuil est particulièrement douillet. Ainsi, on annonce Griveaux, Mahjoubi, Dati, Gantzer, Bournazel, Pécresse, Berthout, Niel et bien d’autres comme potentiels candidats à la Mairie de Paris.

Devant l’ensemble de ces candidats et ceux qui hésitent encore à se lancer, je pense qu’il est temps de révéler ce que sera le programme de l’ensemble de ces prétendants.

Un programme commun : Hidalgo dehors !

Le programme est simple, et peut se résumer en une phrase « vous en avez assez d’Hidalgo, on va vous en débarrasser ». Il ne s’agit pas de venir avec des idées audacieuses mais de faire dans le slogan chic et choc ! Le candidat pourra miser sur le triptyque de l’échec « hidalgien«  : Vélib, Propreté et circulation dans Paris ».

Pour le Vélib’, la proposition est simple, ouverture du marché et flexibilité accrue demandé aux salariés afin de rendre enfin opérationnel le réseau.

Pour la propreté, il va falloir se doter de quelques machines bien clinquantes pour faire des photos aux côtés de celles-ci. En parallèle, des appels d’offres seront lancés afin de privatiser tous ces services. Ce n’est pas parce que certains acteurs privés actuels sont défaillants qu’il faut confier ce dossier à une gestion publique municipale. Au contraire, on vous expliquera qu’en déléguant ces tâches, on pourra mettre des cahiers des charges précis avec des autocontrôles. Les résultats des audits seront donnés aux parisiens lors des réunions démocratiques des quartiers.

Pour la circulation dans Paris, après avoir rabroué au maximum les décisions du mandats actuel pendant la campagne, l’honnêteté poussera à reconnaître que rien ne sera fait pour changer cela. L’argumentaire est déjà prêt, « devant les sommes que nous devons engager, notre devoir est de préserver les finances publiques. » puis d’enchaîner « une étude sera menée pour étudier la possibilité d’une dépiétonnisation des voies sur berges à l’horizon 2050″.

Les sujets annexes

C’est presque une règle secrète en politique, il faut bien se garder de parler des vrais sujets. Il est cependant presque certain que le prochain Maire n’aura pas le culot de l’édile actuel qui affirmait que « tous les migrants sont les bienvenus à Paris ». Le nouveau maire va donc plaider pour un consensus à l’échelle nationale et européenne afin de trouver des solutions. Il n’est par ailleurs pas question de « problèmes », ce mot est discriminant et ce n’est pas le propos d’un responsable politique sérieux. Une humanité juste et la solidarité fraternelle des parisiens devraient être des solutions idoines. Mais l’État et la Région devront remplir leur rôle pleinement pour éviter le statut-quo. Evidemment, pas question d’envisager une quelconque lutte contre les flux migratoires…

Le patrimoine est une question épineuse qui ne saurait en aucun cas être balayée d’un revers de manche. Attaché au Paris d’hier, mais encore plus à celui de demain, il sera « grand temps de faire rentrer Paris dans le nouveau millénaire ».  Aussi des artistes contemporains seront associés aux rénovations historique dans un compromis inédit. Le plug anal qui demeure à l’année à côté de la colonne Vendôme restaurée, reconnaissez que cela en jette ! « Le futur d’hier et d’aujourd’hui, ça c’est Paris » flottera sur l’ensemble des panneaux publicitaires.

Concernant l’écologie, plutôt que de raisonner sur le long terme, quelques gadgets récolteront l’ensemble des suffrages. Des poulaillers seront installés dans les cours de récréation. Chaque classe devra manger végétarien et sans gluten trois jours par semaine dans les cantines.

Les rats se multiplient dans la capitale au plus grand désarroi de tous. Pourtant, plutôt que de se débarrasser des rongeurs, il conviendra plutôt de changer notre regard sur ces derniers. Des campagnes informatives sur l’impact positif des rongeurs seront menées dans un premier temps. Dans un second temps, on fera cohabiter un rat et un chat dans le studio d’un artiste subventionné du 104, cette performance sera nommée : « la solidarité plus forte que le régime alimentaire ». Avec un peu de chance Aymeric Caron mènera ce projet à bien. Bientôt, on s’arrachera des rats comme on s’arrache des chats aujourd’hui. La fraternité inter-espèces partout, pour tous !

La lutte contre les discriminations ne sera évidemment pas oubliée. Si la nuit du Ramadan organisée ces dernières années à la Mairie de Paris ne sera pas reconduite, un déplacement du maire et de ses adjoints à la grande Mosquée de Paris pour partager une corne de gazelle s’imposera. Afin de lutter contre l’obésité dans le même temps, il n’y aura qu’un loukoum pour l’ensemble des élus parisiens. Toutefois, pour ne pas céder à la grossophobie, les plus costauds d’entre nous pourront se resservir une seconde fois.

Seulement une fiction ?

L’ensemble de ces propositions fictives sont pourtant vraisemblables à des degrés divers . La plupart des candidats qui désirent se présenter à la Mairie sont animés d’une ambition uniquement personnelle. Paris pour se sauver  et retrouver son charme doit trouver un nouveau souffle et une nouvelle voie. Vouloir seulement remplacer Hidalgo n’est pas un programme sérieux. Paris ne peut plsu se permettre une nouvelle mandature placée sous les auspices des paillettes et de la démagogie sociétale.

Jean Ernice
Fermer le menu