Faire un don
Vitry-sur-Seine: alcoolisé et responsable d’un accident, Jean-Claude Kennedy s’excuse.

Vitry-sur-Seine: alcoolisé et responsable d’un accident, Jean-Claude Kennedy s’excuse.

Paris Vox – Le Maire de Vitry-sur-Seine (Val de Marne), Jean-Claude Kennedy, a percuté un scooter après avoir grillé un feu rouge alors qu’il était alcoolisé au volant… 


Nos confrères de France 3 Paris rapportent que Jean-Claude Kennedy était en garde à vue mardi 28 août au soir. La raison est simple: alors qu’il circulait alcoolisé, l’élu communiste a « franchi un feu rouge et percuté un scooter ».

La victime a été emmené aux urgences mais ses jours ne sont pas en danger. L’élu pour sa part est visé par une enquête pour blessures involontaires par le commissariat de Maison-Alfort. C’est en effet dans cette ville que l’édile a renversé le deux-roues. Les enquêteurs ont jugé que Jean-Claude Kennedy semblait ivre avec un taux de 0,45 mg d’alcool par litre d’air expiré (limite légale de 0.25).

Ce fait divers donne le sourire à certains utilisateurs malicieux de Twitter: 

Le Maire est désormais sorti de garde à vue et fait amende honorable chez nos confrères du Parisien. Il déclare dans cette entrevue regretter « cet accident et le fait qu’une personne ait été blessée. » L’élu argue que cet écart de parcours est son premier et que c’est une « leçon de civisme. »Jean-Claude Kennedy souligne qu’il aurait du recourir à un chauffeur. Une option pourtant pas très communiste !

Un maire engagé pour les migrants

Jean-Claude Kennedy est un maire plutôt discret. Il avait cependant récemment fait parler de lui lors de l’affaire de l’Aquarius. Dans un communiqué fleuve, il outrepassait allègrement les prérogatives de sa fonction en déclarant:

« La France doit montrer l’exemple et faire honneur à ses valeurs, celles de la République et des droits de l’Homme. La politique d’accueil et d’asile de la France ne peut se résumer à de simples discours humanistes à Bruxelles. Il faut des actes à la hauteur des enjeux »

Dans le cas de cet accident, c’est dorénavant à la justice de régler l’affaire.