Sondage : 50 % des LGBT victimes d’agressions. Mais qui sont les agresseurs ?

Sondage : 50 % des LGBT victimes d’agressions. Mais qui sont les agresseurs ?

Paris Vox – Selon un sondage Ifop – qu’il convient donc de prendre avec prudence puisque ne reposant que sur les affirmations des sondés – une personne sur deux se définissant comme homosexuelle, bisexuelle ou transsexuelle dit avoir été victime d’au moins une agression à caractère homophobe au cours de sa vie.


Ce chiffre considérable recouvre les faits suivants  : insultes (28 %), attouchements ou caresses à caractère sexuel (24 %), menaces de révéler l’orientation sexuelle à des proches, collègues ou voisins (18 %), ou viol (11 %). L’enquête, par contre, ne dit rien des agresseurs ni de leur profil et se contente de parler « d’homophobie ».

Pourtant, en observant les chiffres de plus près, on constate  que c’est dans l’agglomération parisienne que se produisent le plus ces agissements, ville pourtant très « gay friendly » (voir ici), promouvant fortement la communauté LGBT et accueillant de nombreux lieux spécialisés. Les agressions sont proportionnellement beaucoup moins nombreuses dans les zones rurales pourtant généralement considérées comme plus « réactionnaires » sur les questions sociétales et sexuelles.

Il serait donc intéressant, afin de mieux comprendre et donc combattre cette violence, d’en connaître davantage sur les responsables de celle-ci et notamment de se pencher sur le nombre d’agressions « internes » à la communauté LGBT tout comme sur les profils culturels et religieux des auteurs des autres actes.

 

Fermer le menu