Mairies en folie !

Mairies en folie !

Paris Vox – Depuis 1795, la ville de Paris est organisée en arrondissements. Ce n’est qu’en 1859, que l’on décide de réorganiser Paris non plus en douze mais en vingt arrondissements.


En février 2017, l’Assemblée Nationale valide définitivement le projet de loi pour regrouper les mairies des quatre premiers arrondissements de Paris en une seule mairie. La droite s’y était opposée comme le maire LR du 1er arrondissement, Jean-François Legaret. Mais le regroupement sera effectif dès 2020 pour les prochaines élections municipales. Il n’y aura donc l’élection que d’un seul maire à la tête du Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements. Les codes postaux resteront cependant inchangés.

Le maire PS de Paris, Anne Hidalgo justifie ainsi ce projet de loi : centraliser les pouvoirs, simplifier l’administration, réunir les budgets et les compétences au profit d’une seule mairie renforcée. De plus, face à d’autres arrondissements plus peuplés comme le XVe (230 000 habitants) contre environ 11 000 dans le IIIe, ce projet de loi souhaite rééquilibrer les quartiers. En effet, selon le maire de Paris, certains petits arrondissements ont des difficultés à s’imposer dans les décisions prises. Un dernier vote avant la fin de l’année au Conseil de Paris doit valider définitivement ce changement. L’Hôtel de Ville accueille déjà depuis plusieurs mois des réunions avec les maires des quatre arrondissements pour décider du lieu de la prochaine grande mairie. Quant aux mairies devenues vacantes, leur fonction reste encore à définir.

Selon certains, cette réforme permettrait à Anne Hidalgo de supprimer une mairie d’opposition et de satisfaire ainsi ses volontés électorales. D’autres déplorent la perte d’une démocratie de proximité et de quartier et jugent ce projet comme déconnecté de la réalité. Plus généralement, on pourrait s’interroger sur le fait de savoir s’il n’y a pas d’autres préoccupations plus importantes dans la vie des Parisiens comme la sécurité, la propreté, le logement, les transports ou encore la défense du patrimoine ?

Fermer le menu