Paris rugby, Paris derby !

Paris rugby, Paris derby !

Paris Vox – Le derby entre le Racing 92 et le Stade Français Paris a accouché d’une belle partie ce samedi 17 mars.


Le Stade Français Paris lutte pour le maintien alors que le Racing truste les premières places du classement, voilà pour l’enjeu de ce derby. Entre le club parisien et son voisin banlieusard, rien n’est jamais écrit d’avance. Le Racing 92, qui affronte Paris dans sa nouvelle enceinte pour la première fois, est néanmoins favori.

Le coup d’envoi de la partie est donnée par Jules Plisson pour le Stade Français. Les équipes semblent sérieuses et se jaugent. Paris a l’occasion d’ouvrir deux fois le score, sur une tentative de drop avortée de Plisson puis sur une belle phase d’occupation dans les derniers mètres du Racing. Toujours aucun point de marqué après 10 minutes de jeu.

Zhvania, auteur d’un mauvais geste sur Carter (coup de coude à la gorge sur le raffût) prend un carton jaune. Le Stade Français va donc évoluer a 14 pour dix minutes. Les racingmen, auteurs d’un début de match timoré, peuvent se relancer avec cette supériorité numérique. Palu inscrit le premier essai de la parti transformé par Dan Carter.  Le Racing croit même doubler la mise par l’intermédiaire de Nakarawa, mais ce dernier en position de hors jeu voit l’essai invalidé.

Paris retrouve retrouve des couleurs et marque coup sur coup deux essais et repasse devant au score. A la mi-temps, le Stade Français mène 14 à 7.

Le Racing rentre remonté sur le terrain, bien décidé a s’imposer dans sa nouvelle enceinte. Teddy Thomas, non retenu en équipe de France depuis le match de l’Ecosse, inscrit coup sur coup deux essais et sonne le glas des espoirs du Stade Français qui évolue en vert aujourd’hui. Andreu rajoute un essai transformé et porte le score à 28-14.

Lafond inscrit un essai qui s’avère finalement anecdotique, la tentative de transformation de Steyn échoue et le point du bonus défensif avec pour Paris.

Beau derby a la U arena, le Racing, deuxième au classement, est toujours aussi fort collectivement. Le Stade Français, même s’il ne prend aucun point, prouve qu’il faudra compter avec lui jusqu’à la fin.

 

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance