Contrôle du stationnement à Paris : une première arnaque révélée

Contrôle du stationnement à Paris : une première arnaque révélée

Paris Vox – Décidément rien ne va plus pour la mairie de Paris dirigée par Anne Hidalgo… Cette fois, c’est le Canard enchaîné de ce mercredi 7 mars qui révèle la première arnaque depuis la mise en place de sociétés privées pour contrôler le stationnement à Paris, il y a deux mois. Une « privatisation » qui devait, bien entendu, améliorer le service réalisé tout en augmentant les recettes de la mairie…


Malheureusement, l’une des sociétés attributaires du marché a escroqué la mairie en lui déclarant des milliers de contrôles en réalité fictifs.

Ce sont des salariés de cette société, Streeteo, qui ont confié au Canard enchaîné  la façon dont la société leur distribuait de longues listes de numéros de plaques d’immatriculation, choisies au hasard dans des listes de véhicules stationnant ou ayant stationné un jour dans Paris.

Les salariés devaient alors reprendre ces listes et affecter à chaque numéro un motif officiel de verbalisation qui expliquait que le numéro avait bien été contrôlé mais qu’il y avait une raison opposable pour laquelle finalement le véhicule ne serait pas verbalisé. Ce système évitait que les automobilistes reçoivent des contraventions indues qui auraient  été contestées et auraient révélé à terme l’arnaque.

Ainsi, la société Streeteo « prouvait » qu’elle remplissait son contrat et le cahier des charges du marché (exigeant par exemple 50 000 contrôles quotidiens), alors qu’elle n’effectuait que très peu ou peut-être pas du tout de véritables contrôles.

Face à ces révélations, la marie a convoqué les dirigeants de Streeteo. Elle va désormais exiger de pouvoir contrôler tous les agents de Streeteo, de les localiser, afin de pouvoir vérifier qu’ils sont au moins bien dans les rues de la capitale. La mairie a également brandit la menacé d’une possible pénalité infligée au prestataire de ce marché de plus de 6 millions d’euros.