3e forum de la dissidence : entretien avec Jean-Yves Le Gallou

3e forum de la dissidence : entretien avec Jean-Yves Le Gallou

Paris Vox – Le 3e Forum de la Dissidence, organisé par Polémia, se tiendra le samedi 18 novembre, de 10h à 18h, au New Cap Event Center (Paris XVe). Quinze avant ce grand événement, voici un entretien avec Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation.


Paris Vox  : La fondation Polémia organise à Paris un colloque le 18 novembre prochain, pourriez-vous nous présenter cet événement ?

Jean-Yves Le Gallou  : La dissidence, c’est transgresser ce qui est interdit. Or aujourd’hui il est interdit- médiatiquement en tout cas- d’assumer clairement des positions de droite. C’est pour cela que nous avons choisi comme thème : » face à Macron , une bonne droite ». Et pas une droite par l’étiquette qui est de gauche par le contenu comme la  » droiche » de NKM , Juppé, Darmanin, Philippe ou de Calan…

PV  :  Vous vous revendiquez dons clairement « de droite » à l’heure où certains estiment le clivage droite/gauche inopérant et dépassé. Quelle est donc pour la définition de cette « droite que vous évoquez ?

JYLG  : Ceux qui estiment  que le clivage droite gauche est dépassé sont généralement classes à droite par la gauche !

Une « bonne droite, c’est une droite conservatrice en termes de valeurs et clairement identitaire. Une droite qui dit oui aux frontières : frontières morales, frontières physiques, frontières culturelles. Une droite qui dénonce les déconstructeurs et voudrait  arrêter de subventionner ceux qui combattent les permanences anthropologiques et culturelles

dissidence
3e forum de la dissidence : entretien avec Jean-Yves Le Gallou

PV  : La fondation Polémia est  bien connue  l’organisation de ces « journées de la dissidence » ou celle des Bobards d’Or. Pourriez-vous expliquer à nos lecteurs le rôle de la fondation en dehors de ces manifestations publiques ?

JYLG  : Polémia c’est aussi un site internet de réflexion : une mise en perspective historique  et idéologique. Avec un angle : faire entendre la petite musique dissidente du politiquement incorrect.

Nous livrons aussi la bataille du vocabulaire et avons publié plusieurs  dictionnaires de novlangue. Il n’y a pas de  » migrants » mais des étrangers clandestins. Il n’ a pas d' » attaque au couteau » mais des égorgeurs islamistes. En revanche il y a bel et bien Grand Remplacement. Grand Remplacement ethnique et civilisationnel.

PV  : À titre personnel, vos deux derniers ouvrages traitaient de problèmes d’une actualité toujours brûlante. (« La tyrannie médiatique » et « Immigration, la catastrophe »). Un nouvel ouvrage en projet ?

JYLG  : Oui, il aura pour titre : « Européen d’abord : essai sur la préférence de civilisation ». Car aujourd’hui le combat  est d’abord civilisationnel. Il paraîtra courant 2018 aux éditions Via Romana .

PV  :  Avez-vous quelque chose à ajouter ?

JYLG  : Oui, le noeud gordien qu’il faut trancher c’est la diabolisation. Il faut refuser de se laisser intimider. Quiconque refuse de prendre le risque de la diabolisation se condamne à ne rien dire. Pour mémoire De Gaulle, Enoch Powell et Soljenitsyne furent diabolisés . C’est aussi pour cela qu’ils furent grands.

 

Pour s’inscrire au 3e forum de la dissidence  : https://www.weezevent.com/3e-forum-de-la-dissidence-polemia

Fermer le menu