Sonia Rykiel aura son allée dans Paris

Sonia Rykiel aura son allée dans Paris

Paris Vox – Sonia Rykiel, qui est décédée en aout 2016, aura son allée dans Paris suite à une récente décision du conseil de Paris.


Sonia Rykiel est décédée le 25 aout 2016 à Paris. C’est d’ailleurs à Paris qu’elle était née en 1930 et qu’elle aura rayonné pendant sa riche carrière dans la mode. Afin de rendre hommage à cette grande dame du monde de la mode, le conseil de Paris a décidé de donner pour  dénomination “ Allée Sonia Rykiel” au terre-plein central situé boulevard Raspail entre les rues du Cherche-Midi et de Rennes, à Paris (6ème arrondissement).

Son surnom de « reine du tricot » était du à ses nombreuses créations dans le domaine de la haute-couture, son travail lui a valu un reconnaissance de ses pairs et de la république Française qui lui avait attribué  plusieurs distinctions. Elle était en effet Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres, Commandeur de l’ordre national de la Légion d’honneur et Grand Officier de l’Ordre national du mérite.

Cet hommage de la ville de Paris à une personne qui a tant fait pour exporter la mode Parisienne et spécialement celle de Saint Germain des Près est assez exceptionnel. Il faut habituellement attendre cinq années après le décès d’une personnalité pour qu’un nom soit attribué à une voie publique de Paris.

On peut difficilement résumer la carrière de Sonia Rykiel en quelques mots, on peut toutefois souligner qu’elle est dépositaire de l’esprit de la « démode ».  Son univers de création était composé du noir et des rayures, elle a par ailleurs inventé les coutures à l’envers, l’absence d’ourlets et de doublures. On lui doit notamment les premiers joggings sophistiqués en velours, les messages inscrits et surtout la maille qui épouse le corps des femmes.

Elle repose au cimetière de Montparnasse à Paris, elle laisse derrière elle plusieurs parfums et une entreprise qui continue d’être à l’avant garde de la mode comme la dernière semaine de la mode l’a récemment prouvé.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance