Entrevue avec Guy Sartory, auteur de « Comprendre l’inexorable progression de la délinquance »

Entrevue avec Guy Sartory, auteur de « Comprendre l’inexorable progression de la délinquance »

Paris Vox – L’équipe de Paris Vox a échangé avec Guy Sartory qui vient de publier aux Éditions de l’Onde  : « Comprendre l’inexorable progression de la délinquance 1980-2016 » un ouvrage qui s’appuie sur l’expérience et les constats de cet ancien commandant de police.


Paris Vox  : Monsieur Sartory, pourriez-vous expliquer aux lecteurs de Paris Vox qui vous êtes et quel a été votre parcours dans laPolice.

Guy Sartory  : J’ai étudié les sciences économiques à l’université d’Aix-Marseille. Entré en 1980 dans la police par la petite porte en qualité d’Enquêteur de police, j’ai ensuite passé le concours d’inspecteur  pour ensuite accéder au grade d’Inspecteur, puis de capitaine, pour terminer commandant. J’ai  essentiellement exercé à Grenoble, Marseille et Lyon,  principalement dans des groupes criminels de la PJ. J’ai terminé ma  carrière en 2013, aux RG (devenus SDIG), dans l’analyse économique et sociale, prévision et analyse des troubles, émeutes.

Paris Vox :Vous êtes très critique vis-à-vis de la hiérarchie policière que vous accusez d’avoir lâché la base, avez-vous un exemple à nous donner  ?

Guy Sartory  : Je pense que ce mouvement de trahison de la haute hiérarchie n’est pas spécifique à la police. Il rentre dans un phénomène général de ce que certains journalistes ou auteurs ont appelé « la trahison des élites ». C’est dans ce contexte général d’enrichissement personnel non seulement de la classe politique corrompue au plus haut degré (l’affaire Fillon en est l’illustration), mais aussi de toute la haute fonction publique devenue des « golden boys ». Dans la police, les conséquences sont catastrophiques car les commissaires sont en principe chargés de protéger les populations, or ils ont largement trahi leur mission pour rechercher des revenus supplémentaires. J’explique comment profitant de la Rgpp, les hauts fonctionnaires se sont partagés l’argent provenant de la suppression de milliers de postes de  policiers. J’explique aussi comment un commissaire divisionnaire de police double son salaire en primes diverses, évidemment au détriment de la police et des contribuables

Paris Vox  : Pensez-vous que l’on berce le peuple dans une illusion de sécurité  ?

Guy Sartory  : C’est plus qu’évident. Il y a dans le livre un chapitre qui parle du fonctionnement des médias et notamment de la presse écrite hautement subventionnée par l’Etat et qui participe à ce déni de réalité. Globalement, il n’y aurait pas plus de criminalité que les années précédentes. Ce qui bien sûr est totalement faux. D’ailleurs je note que durant la présente campagne électorale toute allusion à la délinquance est soigneusement évitée. Malgré le laxisme des juges, il n’y a jamais eu autant de détenus dans les prisons françaises alors qu’en même temps, toutes les mesures légales ont été prises pour ne plus  incarcérer personne. Un chapitre du livre traite de toutes les réformes pénales successives dont le but avoué était de ne plus sanctionner.

délinquance
Entrevue avec Guy Sartory, auteur de « Comprendre l’inexorable progression de la délinquance »

Paris Vox  : Est-ce ce constat d’abandon qui vous a incité à écrire « Comprendre l’inexorable progression de la délinquance »  ?

Guy Sartory  : Je crois que la majorité des policiers vivent en permanence une sorte de dépression molle. Personne ne comprend vraiment l’abandon des pouvoirs publics ni cette haine profonde qui se développe à notre égard et qui n’existe que parce qu’elle largement encouragée par l’Etat et par de nombreux médias. Cette haine est profonde mais très minoritaire. Je n’ai eu que des échos favorables sur  Facebook et de nombreux encouragements. En fait l’attitude des médias et des responsables politiques est à l’inverse de celle de la majorité des français qui estiment leur police. La plupart des enquêtes situent la popularité des policiers entre 70 et 75 % juste au-dessous  des soignants et des pompiers. C’est remarquable !

Paris Vox  : Pourriez-vous présenter votre ouvrage à nos lecteurs  ?

Guy Sartory  : J’ai trouvé que mon éditeur l’avait fait particulièrement bien pour la sortie du livre terminé en 2016 : « Le constat, éclairé « de l’intérieur » par un policier expérimenté, est sans appel ! Il est étayé par de nombreux exemples, données statistiques et expériences personnelles. Il montre comment un grand nombre de gens, de condition modeste pour la plupart, voient leur vie littéralement empoisonnée par des délinquants, sans qu’aucun recours n’existe pour eux, hormis trouver le moyen de partir habiter dans un quartier encore à peu près paisible. Il montre aussi comment nos gouvernants nous rassurent à bon compte en prétendant nous protéger contre le terrorisme, alors que notre système actuel de police, de renseignement et de justice, n’est en rien adapté aux nouvelles menaces qui pèsent sur notre pays.

En cette année 2016, après les attentats sanglants de 2015 et les récents « débordements » d’une rare violence en marge des manifestations contre la loi Travail, de nouveaux attentats sanglants comme celui de Nice prouvent que les réactions des autorités ont été et sont inefficaces. Dans ce contexte cet ouvrage entre particulièrement en résonance avec les préoccupations des citoyens. »

Paris Vox  : Comment se procurer votre ouvrage  ?

Guy Sartory  : Malheureusement, je ne bénéficie d’aucun soutien ni aucun support publicitaire sinon la communication que je fais sur Facebook. C’est donc essentiellement par internet sur tous les sites de commerce que l’on peut commander le livre : Amazon, Fnac, Décitre, Carrefour, Leclerc…

Paris Vox :Un mot pour conclure  ?

Guy Sartory  : J’ai eu de sérieux ennuis et problèmes au cours de ma vie professionnelles. Tous étaient dus à mon honnêteté et à mon acharnement à vouloir faire correctement mon travail. Je n’étais pas meilleur que mes collègues, ni pas moins bon non plus. Ce sont les hasards de la vie qui m’ont exposé à des problèmes gravissimes allant jusqu’à me pousser à la tentation du suicide, qui m’ont fait enquêter sur tous les sujets abordés dans le livre. Tous ceux qui l’ont lu ont été très étonnés et n’avaient jamais même pu envisager la réalité. En effet la majorité des gens pensent que la police est monolithique. C’est totalement faux … et j’ai essayé de le démontrer. Cependant même si j’ai aussi écrit ce livre comme une thérapie pour me défaire de vieux démons, je reste néanmoins extrêmement pessimiste sur notre avenir que je vois un peu comme une dégradation effrénée de la société.

L’équipe de Paris Vox remercie Monsieur Sartory pour sa disponibilité pour cet entretien et invite nos lecteurs souhaitant se procurer son ouvrage de se rapprocher de son éditeur  : https://www.editions-onde.com/boutique/comprendre-linexorable-progression-de-la-delinquance-1980-2016-guy-sartory/

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance