Faire un don
Chaos programmé…

Chaos programmé…

Paris Vox – Dorénavant, Paris Vox publiera régulièrement la retranscription écrite de la chronique de commentaire d’actualité d’Arnaud de Robert diffusée dans la Matinale de Radio Libertés. Aujourd’hui, notre chroniqueur revient sur l’embuscade de Viry-Chatillon.


 

On peut difficilement passer à côté de l’embuscade au cocktail Molotov dont ont été victimes quatre policiers hier à Viry-Châtillon près du tristement célèbre carrefour de la Grande-Borne. Ce carrefour haut-lieu des vols à la portière depuis une dizaine d’années jouxte la pharaonique cité de la Grande-Borne, immense ensemble d’immeubles enchevêtrés au style déprimant des années 70. Cette cité est littéralement gangrénée par le crime et les bandes ethniques. La population le sait, les automobilistes le savent, les policiers également. Il semble qu’il n’y ait vraiment que du côté de nos gouvernants que la cécité soit de mise. Voilà ou mène l’angélisme bobo, la culture de l’excuse. A la guérilla, tout simplement. Et ce soir les quatre policiers en faction sont tous blessés dont un gravement qui se trouve entre la vie et la mort.

Voilà ou mène l’angélisme bobo, la culture de l’excuse. A la guérilla, tout simplement.

Bernard Cazeneuve a déclaré que l’attaque a été perpétré par je cite « des sauvageons agissant avec lâcheté ». Il n’en rate pas une celui-là. Il espère quoi avec cette expression ? Nous faire passer des criminels endurcis pour des gamins irresponsables qui auraient encore commis une incivilité ? Mais de qui se moque-t-on ? Des sauvageons lâches ? Non mais sérieusement, a-t-il regardé ne serait-ce qu’une minute les photos des véhicules calcinés ?  Nous ne sommes pas face à de lâches sauvageons Bernard mais face à un commando soudé et préparé qui a sans nul doute organisé, prémédité cette attaque. La volonté meurtrière est évidente. C’est un acte de guerre, non la marque d’une quelconque lâcheté. C’est une démonstration de force et de violence de la part d’un groupe armé ayant des prétentions très claires sur le contrôle de ce territoire. C’est la démonstration sanglante qu’il y a des zones de non-droit contrairement à ce qu’a déclaré Valls hier soir. C’est un flagrant-déni de réalité surtout et c’est cela le plus grave. Cachez donc cette guérilla urbaine qui fait tache dans notre monde de bisounours. La situation en France se dégrade mais l’urgence c’est de combattre les fachos qui s’opposent à l’arrivée des migrants. Quand il s’agit de miner les territoires ruraux avec des immigrés ils sont tous là. Ah là on retrouve toute la vigueur républicaine en action : Juges idéologues qui inventent des chef-d ’inculpations, préfets zélés interdisent les manifs patriotes et dorlotent les supplétifs gauchistes de Soros, flics régimistes qui interviennent au mépris des lois. Dans ces cas-là, on la sent passer la  fermeté républicaine ! Tout l’arsenal est déployé parce que vous comprenez, il faut combattre les vraies menaces, n’est-ce pas ? Forts avec les faibles, faibles avec les forts, comme d’habitude.

Forts avec les faibles, faibles avec les forts, comme d’habitude.

Cet épisode de Viry-Châtillon, malheureusement un parmi tant d’autres déjà passé et d’autres plus nombreux à venir est également l’illustration de la volontaire inconduite gouvernementale en matière de sécurité. Dois-je rappeler, mais vous allez tous rire, que nous sommes en état d’urgence ? Non !! Sans blague !! Et bien si mais en fait on s’est tous trompés sur l’état d’urgence. En fait l’état d’urgence se résume à la surveillance de catégories de français gênants pour le pouvoir (anarchistes, patriotes, écolos-radicaux …) et surtout à la sécurisation des sanctuaires de la gauche bobo aux affaires. Quelques arrondissements de Paris, les lieux de villégiature, les écoles des enfants de ministres, les lieux de cultes des minorités protégées et hop, fini. Ailleurs, les effectifs de police stagnent, la jungle avance, le chaos s’installe. On aurait tort d’y voir une faiblesse car il s’agit d’un zonage, d’un choix des zones que l’on protège et de celles que l’on va laisser à l’abandon. La réorganisation du territoire est en marche, dans le sang souvent. Pas la régionalisation, mais la segmentation capitalistique. Bienvenue dans le monde d’après. Bonne journée !