Concours d’attelage à Compiègne

Concours d’attelage à Compiègne

Paris Vox –Ce week-end, samedi 27 et dimanche 28 août, à Compiègne se déroule un grand concours d’attelage mêlant épreuves de dressage et maniabilité et de marathon (dimanche dès 10 heures).


 

Lancé en 1979, il s’agit de l’un des plus vieux concours d’attelage de France. Organisé sous l’égide de l’Association régionale d’attelage de Picardie (Arap), il rassemblera plus de 75 concurrents venus de tout le pays.

L’attelage est un sport équestre reconnu par la Fédération Équestre Internationale.

Un attelage de compétition est composé d’une voiture, d’un, deux ou quatre chevaux et d’un meneur aidé par des grooms. La voiture utilisée est dédiée spécifiquement à ce sport et est munie de freins à disque sur les voitures modernes avec des brancards articulés sur les modèles à 4 roues.

Tous les chevaux peuvent être attelés, mais certaines races ont des prédispositions particulières à cette discipline. Certains attelages, y compris à haut niveau, peuvent présenter une combinaison étonnante de chevaux dont certains galopent tandis que d’autres trottent. L’important pour le meneur est de conserver la maîtrise de son attelage.

Avant de devenir une activité de loisir et de sport, l’attelage a longtemps été le seul moyen de transport. Si le train et l’automobile ont supprimé les équipages, l’attelage renaît grâce aux nombreuses associations, aux épreuves diverses, aux rallyes et aux écoles d’attelage, et sauve ainsi les chevaux de races lourdes.

Les concours complets d’attelage sont composés de trois épreuves :

Le dressage : une reprise est effectuée et les concurrents sont notés sur le style, l’impulsion et la qualité des allures, mais aussi sur la présentation de l’attelage. Le meneur est jugé sur sa maîtrise de l’attelage et sa technique équestre. La carrière doit mesurer 40 × 100 m ou 40 × 80 m au minimum.

Le marathon : épreuve chronométrée, elle se déroule sur des sections différentes, chacune permettant de juger le meneur sur un parcours en terrain varié, la vitesse, la maniabilité et les capacités physiques des chevaux. Certaines sections sont de la route, avec allure libre ou imposée (pas ou trot), tandis que d’autres abritent des obstacles naturels ou artificiels : dévers, gué, chicanes, rampes, … Les obstacles au nombre de 5 à 8 sont chronométrés individuellement. Le marathon est aussi appelé « Derby » en Suisse Romande.

L’épreuve de maniabilité : elle s’effectue sur des circuits jalonnées par 16 à 20 portes balisées par des balles posées sur des cônes, dont un côté est vertical et l’autre en biais. Les pistes peuvent être aménagées dans une carrière d’équitation mais la dureté du sol est indispensable. Comme en CSO, les pénalités sont infligées lors de dépassement de temps ou pour chaque balle tombée.

Les concours « club » peuvent ne comporter que deux de ces épreuves. Certaines compétitions en intérieur ne présentent que l’épreuve de maniabilité.

Samedi, de 8 h 30 à 18 h 30, et dimanche, dès 10 heures, au stade équestre du Grand parc. Renseignements : 03.44.76.73.85.

Fermer le menu