Créteil : la pâtisserie obligée de recruter un vigile

Créteil : la pâtisserie obligée de recruter un vigile

Paris Vox – Dans une Ile-de-France de plus en plus ensauvagée, il n’y a plus seulement les banques, les bijouteries et les supermarchés qui ont besoin d’assurer leur sécurité. Désormais, même les petits commerces de proximité sont contraints de faire appel aux services de vigiles. C’est le cas de la pâtisserie la Romainville, située dans le quartier de la Basse-Quinte à Créteil.

Plusieurs fois victimes de cambriolages et de braquages, dont le dernier, en février, a conduit les employées à l’hôpital, la boutique a décidé d’embaucher un vigile de façon permanente.

Une décision qui pèse lourdement sur le chiffre d’affaires mais rendue obligatoire par la détérioration de la situation et la multiplication des délits et des incivilités dans le quartier. Une situation devenue intenable, une employée ayant déjà démissionné suite à ces diverses agressions. Un homme a également été embauché parmi le personnel commercial, le fait qu’il n’y ait « que des femmes » dans l’établissement étant peut-être malheureusement un facteur encourageant pour les voyous.

Pour le moment la présence du vigile semble être efficace et suffisamment dissuasive pour assurer une relative tranquillité à la pâtisserie, mais les autres commerces du quartier subissent toujours de nombreux vols ou tentatives

Une fois la nuit tombée, les bandes arrivent pour des larcins ou des repérages, profitant de l’absence de patrouilles de police. Les commerçants souhaitent l’installation de caméras de vidéosurveillance ainsi que l’embauche d’un maître-chien mais ne peuvent en assurer le financement dans la conjoncture actuelle. « Nous payons déjà beaucoup d’impôts, c’est à l’Etat et à la municipalité d’assurer notre sécurité et notre tranquillité  ! » s’insurge l’un d’entre eux.

Interpellés par les commerçants, les pouvoirs publics n’ont pour le moment pas réagi.

Fermer le menu