Philippe de Villiers ne veut pas rendre l’anneau de Jeanne

Philippe de Villiers ne veut pas rendre l’anneau de Jeanne

Paris Vox – Depuis qu’il n’ plus de mandat électif et n’a plus rien à espérer en terme de carrière, Philippe de Villiers retrouve un courage et une liberté de parole qui lui ont parfois fait défaut au cours de son parcours politique, lui qui a souvent ménagé la chèvre et le choux pour ne pas perdre le soutien de la droite de gouvernement – RPR puis UMP -, notamment dans son fief vendéen.
Ainsi l’ancien ministre et député européen a déclaré hier qu’il refusait catégoriquement de rendre l’anneau de Jeanne d’Arc aux anglais qui le réclament, s’affirmant même prêt à faire de la prison pour cela.
Philippe de Villiers a en effet récolté des fonds afin d’acquérir aux enchères, le 26 février dernier, l’anneau de Sainte Jeanne d’Arc, confisqué par les anglais après le supplice de celle-ci, dans le but de le conserver et de l’exposer dans une chapelle reliquaire du Puy du Fou. Ce retour en France d’un trésor historique particulièrement symbolique a suscité un grand enthousiasme au sein de la population.
Suite à cette vente, le National Council of Arts (Conseil des Arts britanniques) a estimé que toutes les modalités de la « sortie du territoire d’un trésor national »n’avaient pas été respectées et accuse les français de « détournement de bien national ». Une accusation farouchement démentie par le clan de Villiers qui affirme pour sa part que le règlement européen qu’invoquent les anglais pour récupérer l’anneau précise que la nécessité d’obtention d’une licence d’exportation ne concerne que les biens culturels qui quittent le territoire de l’Union européenne. Entre les différents pays membres de l’UE, comme l’Angleterre et la France, ce même texte garantirait donc au contraire la libre circulation de ces biens culturels. Pour les de Villers, les Anglais font donc là un détournement de procédure, suscité par le mécontentement d’avoir laissé filer une telle pièce historique.

Fermer le menu