Bagneux (92): Orpea poursuivi  en justice suite au décès d’une résidente

Bagneux (92): Orpea poursuivi  en justice suite au décès d’une résidente

Paris Vox – Nouvel épisode dans le triste feuilleton des Ephad, ces mouroirs hors de prix récemment dénoncés par un livre choc.  Cette fois c’est à Bagneux,  que le fils d’une résidente de l’Ehpad «Le Clos des Meuniers» à Bagneux (Hauts-de-Seine) poursuit au civil le groupe Orpea  pour «négligence» à l’égard de sa mère.

 Hospitalisée le 17 janvier 2017 à Paris pour double fracture des deux fémurs, elle est décédée sept jours plus tard. Son fils assure que sa mère, âgée de 84 ans, était incapable du «moindre mouvement autonome» en 2017. Il a d’abord questionné l’établissement sur «les conditions de survenance des fractures» et sur le délai apporté à son hospitalisation. Insatisfait des réponses apportées, il a assigné, en 2019, Orpea devant le tribunal de Nanterre.

S’appuyant sur un rapport médical, le fils demande des dommages et intérêts à hauteur de plus d’un million d’euros à Orpea pour manquement à ses obligations de soins, de sécurité et de vigilance. Il reproche également au groupe Orpea de ne pas avoir respecté la dignité, l’intégrité et la sécurité de sa mère.

Selon lui, le rapport médical démontre les «manquements contractuels» qui ont entraîné la mort de sa mère, «par le traumatisme résultant des fractures et, en toute hypothèse, par la dénutrition».

De son côté, le groupe Orpea a rappelé  qu’un Ehpad n’était «pas un établissement de soins», affirmant que la cause exacte du décès restait «indéterminée».

Depuis la parution du livre-enquête «Les Fossoyeurs» de Victor Castanet, révélant de graves maltraitances au sein de nombreux Ehpad du groupe Orpea, plusieurs dizaines de plaintes de familles de résidents ont été déposées à Nanterre contre Orpea, notamment pour «mise en danger d’autrui» et «homicide involontaire».