Une «place des Tirailleurs sénégalais» dans le nord de Paris

Une «place des Tirailleurs sénégalais» dans le nord de Paris

Paris Vox – La porte de Clignancourt va devenir la «place des Tirailleurs sénégalais» en hommage aux soldats africains qui ont combattu pour la France lors des Guerres mondiales, a décidé le Conseil de Paris à l’unanimité vendredi.

«L’histoire courageuse de ces hommes doit être transmise», a déclaré Laurence Patrice, adjointe PCF à la Mémoire de la maire PS Anne Hidalgo.

Créé par Napoléon III en 1857 au Sénégal, d’où son nom, ce corps d’infanterie s’est ensuite élargi dans son recrutement à des hommes d’autres régions d’Afrique occidentale et centrale conquises par la France à la fin du XIXe siècle. «Cette place leur rendra hommage à tous», a précisé Laurence Patrice.

Parmi les 134 000 tirailleurs qui ont combattu l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, «environ 30.000 d’entre eux trouvent la mort ou sont déclarés disparus»), souligne la mairie de Paris.

S’il semble tout à fait légitime de rendre hommage à ces combattants courageux, il est hélas à craindre que cette commémoration soit une nouvelle fois l’occasion de tenter de falsifier l’histoire, d’une part en surestimant le rôle de ces tirailleurs dans la « victoire » et d’autre par en cherchant une nouvelle fois à culpabiliser les français et les inviter à accepter la submersion migratoire d’aujourd’hui au nom du sacrifice lointain de ces quelques milliers d’hommes. La stratégie n’est pas nouvelle et on peut espérer qu’elle « prenne” de moins  en moins ». En effet ce n’est en rebaptisant la porte de Clignancourt de ce nom honorable et glorieux que les riverains du lieu subiront moins les conséquences délétères concrètes de l’immigration incontrôlée d’aujourd’hui, entre violences, dégradations et trafics de drogue.

Rappelons par ailleurs que, durant le premier conflit mondial, plus d’1,3 millions de français autochtones ont péri au combat.

Leurs descendants n’ont à recevoir de leçons de personne.