Faire un don
Une contre consultation sur l’avenir esthétique de Paris démontre la déconnexion de la Mairie de Paris

Une contre consultation sur l’avenir esthétique de Paris démontre la déconnexion de la Mairie de Paris

Paris Vox – La mairie de Paris, et en premier chef Anne Hidalgo, annonce à tort et à travers faire appel à l’avis des Parisiens pour prendre ses décisions. Si cette « démocratie participative » est régulièrement critiquée comme étant hypocrite, certains Parisiens ont décide de prendre la mairie à son propre jeu. Ainsi deux jeunes parisiens, peu satisfaits des choix hidalgiens en terme d’urbanisme et d’architecture, ont décidé de lancer une consultation sur le réseau social Twitter.

Leur consultation s’érige en opposition à celle orchestrée par Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Mairie de Paris. Hebergée sur le site idee.paris, celle-ci visait officiellement à recueillir les avis des parisiens sur « le futur visage de la ville ».
Mais cette consultation ne serait, pour Quentin et Cannelle, les deux Parisiens à l’origine de la consultation sur Twitter, qu’une mascarade et ils affirment que la Mairie « se défausse sur les citoyens et ne prend pas réellement en compte leur propositions ». En effet, la Mairie de Paris souhaite imposer une nouvelle esthétique « minérale et végétale ». C’est cela qui a profondément révolté Quentin et Cannelle, profondément attachés à l’esthétique classique de la Ville de Paris, héritière, entre autres, des grandes transformations de la fin du XIXème siècle et du baron Haussmann.

La contre-consultation a d’ailleurs attiré beaucoup plus de réponses (environ 5000) par rapport à celle de la Mairie de Paris (1300 votes). En plus de rejeter massivement les choix esthétiques de la nouvelle municipalité, elle a surtout mis en avant les lacunes criantes en terme d’urbanisme dont devrait s’occuper en priorité les équipes d’Anne Hidalgo. La saleté et le délabrement généralisés (à l’exception de certains beaux quartiers… et encore) sont pointés du doigt, ainsi que la gestion des sanitaires publics, véritable problématique dans certaines rues parisiennes. Divers points que soulève depuis 2 ans déjà Pierre Liscia, ancien élu du 18ème arrondissement, qui dénonce vigoureusement les errements de la municipalité actuelle.

En guise de synthèse, les deux organisateurs affirment que les sondés souhaitent «une recherche d’harmonisation de l’esthétique parisienne sans nivellement par le bas». Une jolie vision, que la mairie de Paris ferait bien de faire sienne… si l’avis des Parisiens lui importe tant !