Ikea à Paris : les enjeux de l’implantation Rue de Rivoli

Ikea à Paris : les enjeux de l’implantation Rue de Rivoli

Paris Vox – Un nouveau magasin Ikea va s’installer dans le centre de Paris. Derrière cette implantation, beaucoup de choses se jouent…

Paris « ville monde »

Paris ressemble de plus en plus à une « ville-monde » et perd en singularité et en identité. Les enseignes ethniques côtoient celles mondialisées. On ne compte plus les Starbucks, Subway, Mc Donald’s ou encore H&M dans le centre de Paris.

C’est dans ce contexte qu’Ikea va implanter une deuxième boutique à Paris. Après une première boutique ouverte à La Madeleine, une autre va ainsi voir le jour non loin de là au 144 de la rue de Rivoli. L’établissement devrait prendre place dans d’anciens locaux de la Samaritaine.

Ikea, déjà ancrée en Île-de-France

Ce sera la neuvième adresse francilienne pour le leader français de l’ameublement (15,43 % de parts de marché) qui semble vouloir s’implanter durablement à Paris. Si l’enseigne proposait par le passé des navettes entre Paris et certains de ses centres en banlieue, l’heure est à une implantation dans le coeur de la capitale, les CSP+ visés par Ikéa étant sans doute rétif à se rendre en banlieue en bus…

Une offre nouvelle ?

L’offre promise à Rivoli semble plus axée sur la décoration. On avait déjà entendu cet argumentaire avant l’ouverture de La Madeleine.

Ikea, décidément bien dans son époque, indique dans son communiqué de presse que ce nouveau magasin « proposera des produits éco-conçus ou encourageant les éco-gestes pour inspirer un mode de vie plus durable au plus grand nombre. » Assez ironique venant d’une enseigne reine de l’achat impulsif non programmé. Le fait de devoir déambuler dans l’ensemble du magasin au milieu de produits venant du monde entier à bas coût crée le désir et le besoin.

L’ironie historique

On peut souvent lire que si Paris n’a pas été détruit lors de la Seconde Guerre Mondiale, c’est notamment grâce au rôle du Consul de Suède, Raoul Nordling. On peut voir le rôle de cet homme dans la fiction « Paris brûle-t-il ? ou encore Diplomatie sorti plus récemment. Dans le Paris occupé, le consul suédois use de son talent oratoire pour convaincre le Général Von Choltitz, alors Gouverneur de Paris, de ne pas faire « sauter » Paris. Le Général allemand aurait finalement cédé ne voyant pas l’utilité de détruire la ville pour gagner la guerre.

On peut se demander ce qu’aurait pensé cet amoureux de Paris de cette nouvelle implantation suédoise au cœur de la Capitale ?