Le Préfet, les supporters algériens et la langue de bois !

Le Préfet, les supporters algériens et la langue de bois !

Paris Vox – Le Préfet de Police tenait une conférence de presse jeudi 18 juillet. Il y présentait le dispositif de sécurité prévu pour la finale de la CAN disputée par les algériens (contre le Sénégal). Pendant cette conférence de presque 15 minutes, il aura fait preuve d’un étalage de paroles lénifiantes, sans chiffrage précis. On sent également une nette volonté de ne pas être accusé de stigmatisation…

La conférence de presse du préfet est disponible en intégralité en vidéo.

Que retenir de cette conférence de presse ?

La journée du 14 juillet s’est bien passée notamment selon le préfet. Il dit ainsi que d’un « point de vue sécuritaire le défilé a été un succès (…) puisqu’il n’y a eu fort heureusement aucune menace terroriste constatée ». Le préfet concède ensuite quelques troubles « condamnables » après le défilé.

Sur le volet de la Coupe d’Afrique des Nations, le mot Algérie n’est jamais cité. La compétition sportive est seulement nommée CAN. Didier Lallement explique qu’il est normal que les supporteurs se rassemblent sur les Champs.

ça ne nous pose aucun problème que des supporters viennent manifester leur joie ou que tout autre citoyen vienne sur les Champs Elysées. C’est la plus belle avenue du monde elle est emblématique (…) cela se fait par exemple pour les passages d’année ou pour des moments dans lesquels il y a une grande festivité.

Ces propos feront plaisir aux fans du Paris Saint-Germain. La Préfecture refuse en effet toute célébration publique du titre suite à des débordements il y a plusieurs années. Depuis, chaque titre est célébré en catimini au Parc des Princes…

Le Préfet reconnait que le 11 juillet de nombreux commerces ont été dégradés sur l’avenue de la Grande Armée. Si cela est condamnable selon-lui c’est la preuve que les Champs étaient bien protégés. Il fait ensuite un parallèle entre les pillages des magasins de motos qui ont eu lieu après les victoires de l’Algérie et après les manifestations des Gilets Jaunes. (en prenant toutefois le soin de ne pas citer les GJ).

Pour 650 policiers et gendarmes mobilisés le 11 juillet, il y en avait 2500 le 14. Il devrait y’en avoir autant pour la finale de vendredi. C’est là le seul point chiffré de la conférence.

Vidéo-verbalisation « énormément » utilisée

Sur les comportements contraire au code de la route, le Préfet indique qu’il y a eu « énormément » de vidéo-verbalisation. Il se garde pourtant bien de fournir des données précises. On constate la même chose pour les interpellations, le Préfet se contente de parler « d’une certain nombre », sans jamais le donner. S’il assume un laisser faire lors des scènes de liesse afin de ne pas « créer de mouvements de foule ». Il réfute toutefois l’impunité arguant que la vidéo-verbalisation permet une réparation postérieure.

Un appel au calme sans citer personne

Son appel aux calme vis-à-vis des fans algériens est assez lunaire. Jugez plutôt :

J’appelle vraiment les gens qui se réjouissent, dont je comprend la joie
puisque l’équipe qu’ils soutiennent gagne, à vraiment se comporter normalement. Il en va aussi de ce qu’ils veulent défendre de l’image de l’équipe qu’ils veulent supporter. Je crois que c’est très important parce que
malheureusement se créée des amalgames dans les commentaires publics sur ce que l’on supporte, qui on est et pourquoi on le fait. (…) Les gens qui
viennent sur les Champs Elysées, qui ont droit de venir, sont des citoyens joyeux et je ne les qualifie d’ aucune façon et de quelque façon que ce soit du moment qu’ils se tiennent bien.

Les « citoyens joyeux » dont parle le Préfet se sentent-ils de citoyenneté française ? La réponse est totalement éclipsée.

Un remerciement appuyé aux policiers et gendarmes

Le Préfet termine sa prise de parole sur l’engagement républicain des policiers. Monsieur Lallement les félicite chaudement. Il condamne l’instrumentalisation politique des images de violences perpétrées des policiers. Il appelle à une reconnaissance de l’ensemble des composantes de la Nation.

La conférence de presse du Préfet est un exemple du genre en matière de langue de bois. Il évite un certain nombre de points dérangeants. Par ailleurs aucune donnée chiffrée n’est avancée sur le nombre d’actes illégaux commis et sur la réponse judiciaire apportée…

Fermer le menu