Gilets Jaunes : l’armée mobilisée et après ?

Gilets Jaunes : l’armée mobilisée et après ?

Paris Vox – L’annonce du gouvernement de demander à l’armée d’assurer la protection de certains bâtiments lèvent plusieurs interrogations.

Des militaires déjà présents sur le territoire

Les missions des militaires sur le territoire national ne sont pas nouvelles. On peut ainsi rappeler que de nombreuses missions se déroulent dans le pays. On pense naturellement aux missions de protection du territoire (Vigipirate). Parfois nos militaires sont sollicités pour le secours et l’assistance des populations en cas de sinistres. Aussi chaque été, l’armée engage des hommes dans la lutte contre les feux de forêts en Méditerranée. Dans ces cas, l’armée est au côtés des populations et au service du bien commun.

L’armée mobilisée face aux Gilets Jaunes

L’armée n’est pas formée au situation du maintien de l’ordre. Le gouvernement l’a d’ailleurs compris et affirme que les militaires seront uniquement affectés à la défense et surveillance de bâtiments. Mais dès lors on peut se demander si des provocateurs venaient à attaquer les militaires, quelles réactions auront-ils ? Un militaire est formé a anéantir sa menace et non pas à la juguler. En annonçant de disposer l’armée en faction dans nos villes le gouvernement est face à un dilemme. Si d’aventures des personnes s’en prennent avec violences à l’armée, celle-ci aura t’elle pour consignes de se protéger et de contenir, ou on ordonnera de répliquer ? Dans les deux cas, le signal envoyé sera désastreux.

Au delà de l’armée, l’impasse gouvernementale

Le gouvernement semble décidé à répondre aux manifestants par le seul biais répressif. On prête (à tort) cette citation à Voltaire :  « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire ». On a un peu le sentiment que le pouvoir jupitérien l’a ainsi adapté :  « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je vous battrai jusqu’au bout pour que ne vous puissiez plus le dire » ! Le gouvernement veut mater les Gilets Jaunes, trouver des solutions et répondre au cri de colère d’une partie du peuple ne semble pas à l’agenda…

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance