Entretien avec Xavier Lemoine : « L’essentiel pour moi est la défense de mes administrés »

Entretien avec Xavier Lemoine : « L’essentiel pour moi est la défense de mes administrés »

Paris Vox – Paris Vox s’est entretenu avec Xavier Lemoine, maire de Montfermeil et vice-président du Parti Chrétien Démocrate, un élu de terrain libre dont l’ambition pour sa ville se démontre  au quotidien depuis plusieurs années.


Paris Vox : Pouvez-vous retracer la situation de la ville de Montfermeil lors de votre arrivée à la tête de la mairie ? Qu’avez-vous mis en place rapidement ?
XAVIER LEMOINE : Je succède en 2002 à PIERRE BERNARD mon prédécesseur qui avait repris la ville de Montfermeil au Parti Communiste en 1983. Trois mandats lui ont été nécessaires pour parvenir à rétablir la situation financière et à sortir la ville de l’État de sous développement dans laquelle elle se trouvait à son arrivé.

Mon ambition première a été de nous donner collectivement une ligne de conduite à long terme pour le développement de la ville. Aussi, après avoir, avec l’ensemble de mes élus et la direction générale, répertorié les atouts et les faiblesses de la ville, puis ses enjeux stratégiques, nous avons projeté à 20 ans les 40 métiers différents qu’une mairie exerce. Ce projet a été porté à la connaissance de tous les habitants et de tous nos partenaires facilitant ainsi la prise de décision et permettant dans le même temps de tripler notre budget d’investissement.

Trois projets en particulier ont mobilisé beaucoup de temps, mais ont débouché sur de beaux succès :

–La Rénovation Urbaine de la résidence des bosquets menée avec brio avec l’ancien Maire de Clichy-sous-Bois. Avec l’aide de l’ANRU, 750 millions d’euros ont été consacrés pour reconstruire la ville sur la ville.


–De nombreux équipements publics ont été construits, de même une attention toute particulière a été portée à la qualité de l’espace public, de l’architecture et de l’urbanisme.

–De surcroît, et comme la clé de voûte de toutes les autres politiques sectorielles que nous avons mis en œuvre, c’est le projet culturel, Atelier Médicis, dont nous sommes le plus fier.

Paris Vox : quelles sont vos objectifs à moyen terme ?
XAVIER LEMOINE : deux projets ambitieux vont permettre de désenclaver les habitants de Montfermeil et grandement faciliter leurs déplacements. En 2019, le tramway T4 facilitera la liaison avec Paris et en 2023, ce sera le métro Grand Paris Express qui diminuera considérablement les temps de transport. En guise d’illustration, s’il nous faut aujourd’hui plus d’une heure pour relier l’université de Marne-la-Vallée, demain six minutes suffiront. Les Montfermeillois vont donc devoir prendre possession de toutes ces nouvelles possibilités de transport.

Dans le même temps ces nouveaux transports sont une véritable opportunité en terme d’attractivité pour attirer de nouveaux résidents et de nouvelles entreprises.

Ceci sera renforcé par l’arrivée simultanée de ce grand projet culturel à vocation nationale voire international de l’Atelier Medicis : http://www.medicis-clichy-montfermeil.fr/


Paris vox : Que pensez-vous de la situation actuelle de l’île de France ?

Xavier Lemoine : À ce jour, l’Île-de-France se trouve être dans une zone de turbulences et d’incertitudes. Après de trop nombreuses années d’inactivités et de dangereuse stagnation, des initiatives fortes ont été prises par divers acteurs sans nécessairement être en cohérence.

La Région Île-de-France, à qui il revenait d’organiser l’aménagement de cette dernière, est restée très en retrait notamment vis-à-vis de l’émergence du fait métropolitain qui demandait à l’évidence de nouvelles réponses institutionnelles. Le syndicat d’Étude Paris Métropole avait ouvert la voie de la réflexion en associant très largement l’ensemble des élus locaux les « métropolitains » comme les « ruraux ». Dans le même temps, sous l’impulsion de Nicolas SARKOZY, l’État reprenait la main avec la création du Grand Paris, gigantesque infrastructure circulaire de transport souterrain, auteur de la zone dense urbaine ou en direction de territoires particulièrement prometteuses, facilitant le déplacement banlieue/banlieue et seul moyen de redonner de la fluidité dans les échanges au regard d’une situation totalement thrombosée. Dernier avatar en date, la motion toute récente de la Métropole du Grand Paris sur un mode institutionnel totalement contestable et d’ailleurs contesté par l’ensemble des Maires concernés et ce quelle que soit leur sensibilité politique. Sans compter sur la Région qui voit un peu tard son rôle et ses prérogatives concurrencées par celle de la Métropole du Grand Paris. Symptomatique du malaise institutionnel global qui en résulte, cette tentative de fusion entre les Départements des Hauts de Seine et des Yvelines, à cheval sur la ligne de partage de la Métropole, comme les récentes dispositions législatives prises quant au statut de la Ville de Paris.

Peut-on espérer à l’issue des futures élections Présidentielles et Législatives une clarification, une mise en cohérence et synergie de l’ensemble ? Le rôle du Maire continuera-t-il à être dilué au point qu’il en devient une farce ?

Xavier Lemoine

PV : Quelle est votre situation au sein du parti chrétien démocrate ?

Xavier Lemoine : Je conçois une grande méfiance à l’encontre des partis politiques, ce qui peut sembler paradoxal au regard de ma responsabilité de Vice-président du Parti Chrétien Démocrate. Pour bien comprendre cette méfiance, je vous renvoie sur ce texte capital, lumineux et hélas prophétique de Simone WEIL, écrit en juin 1940 :

« Note pour la suppression générale des partis politiques ».

C’est donc éclairé par ce texte que je régule cette apparente opposition, étant entendu qu’en l’espèce mon adhésion au PCD me permet surtout d’indiquer de quelle filiation intellectuelle je me réclame.

PV : Quelle est votre position sur l’issue des primaires au sein des Républicains ? Qu’attendez-vous de Monsieur Fillon ?

Xavier Lemoine :

  • Premier élément : Heureusement que Jean-Frédéric POISSON est venu défendre et promouvoir devant les Français une vision Chrétienne de la Politique, éclairée par les grands principes de la Doctrine Sociale de l’Église et enracinée dans une solide expérience de la Politique.

  • Deuxième élément : Je dois faire le constat, qu’à part cette profonde pensée politique défendue par Jean-Frédéric POISSON, il n’y a plus de réelle réflexion fondamentale sur l’action Politique et que le marketing règne en maître dans la construction des discours politiques contribuant ainsi à une hyper super fiscalisation de la réflexion politique chez les électeurs et par conséquence à l’extrême versatilité et volatilité des nombreux électorats ainsi segmenté par l’approche marketing.

  • Troisième élément : Que la séquence électorale qui s’ouvre, va plus encore qu’auparavant démontrer que les qualités pour gagner une élection ne sont décidément pas du tout celles nécessaires à gouverner et ce pour les raisons sus indiquées, c’est-à-dire le séquençage marketing de l’électorat et la main mise des partis politiques sur ce qui s’appelle encore la démocratie.

  • Quatrième élément : Comme je l’ai fait avec tous les hommes politiques ayant des responsabilités bien supérieures aux miennes, je continuerai à leur apporter et mon analyse de la situation à laquelle j’ai à faire face et mes propositions d’action. Je propose. Ils en disposent.

  • Dernier élément : Il est grandement temps de sortir de ce libéralisme économique qui est le plus grand destructeur de la dignité humaine et de la cohésion sociale. Il est grand temps de ré-enraciner nos sociétés.

PV : Quel message souhaitez-vous passer aux lecteurs de Paris Vox qui ont compris l’intérêt de la ré-information ?

Xavier Lemoine : Plus que les mots information, désinformation ou ré-information, je militerai pour le mot Formation. Oui, il s’agit de se former intellectuellement et moralement et d’acquérir par son propre travail de lecture, d’étude, de confrontation, de mise en œuvre, le bagage et l’expérience nécessaires à un engagement libre et courageux. Et donc, ne pas oublier que « l’on ne détruit que ce que l’on remplace ».

Fermer le menu

Terminus
Terminus pour le Hussard, le polar "politquement incorrect"

Terminus
Terminus pour le Hussard, le polar "politiquement incorrect"