Brexit : les mauvais perdants

Brexit : les mauvais perdants

Paris Vox – Dorénavant, Paris Vox publiera régulièrement la retranscription écrite de la chronique de commentaire d’actualité d’Arnaud de Robert diffusée dans la Matinale de Radio Libertés. Aujourd’hui : petit tour d’horizon des réactions au coup de tonnerre du « Brexit ».


 

Les réactions des perdants du Brexit sont tout simplement effarantes. Le résultat inattendu de ce référendum, inacceptable autant moralement que philosophiquement pour les élites éclairées de Bruxelles, leur a tout simplement fait perdre la tête. Ces nombreux grincheux, déconfits et cocus se répandent depuis sans trêve en des bordées d’injures, en torrents de haine, de mépris et assertions aussi acides que mensongères.
Et cette nuée de réactions acerbes vient nous rappeler qu’il est pratiquement interdit dans ce qu’il est convenu d’appeler le « système démocratique » de transgresser la règle d’or, celle du « bien voter ». Et bien voter c’est surtout voter comme on vous l’a ordonné par la propagande médiatique, par la morale droit-de-l’hommiste, par la pression des marchés, par la défense des intérêts oligarchiques. Gare à vous si vous osez émettre un avis différents. Il vous en cuira. Et c’est exactement ce qu’il se passe depuis quelques jours.

Pour expliquer l’inexplicable, nos censeurs penseurs ont recours à toutes les bassesses.

Pour expliquer l’inexplicable, nos censeurs penseurs ont recours à toutes les bassesses. J’en ai relevé quelques-unes, édifiantes, que je vous livre aujourd’hui.
D’abord, le Brexit c’est la faute des racistes, bien sûr. Ces horribles racistes qui manient toujours la peur de l’autre comme une arme auprès des faibles d’esprits. Le raciste, vous savez, c’est l’outil bien pratique qui permet d’évacuer tout le débat sur les quinze années d’une effroyable austérité économique doublée d’ultra-libéralisme débridé qui ont laminé les classes moyennes et populaires britanniques. Bien sûr que l’immigration était aussi au cœur du débat. C’est un sujet légitime à bien des titres, d’autant que, promue par les gouvernements et élites anglaises, elle a fortement contribuée la baisse continuelle des salaires et du coût du travail à leur plus grand profit. Mais dire cela c’est fasciste voyez-vous.
Ensuite vient le tour du referendum. Belle expression démocratique quand elle va dans le sens de nos élites –au besoin en faisant revoter les gens tous les 6 mois pour obtenir le résultat voulu – mais dangereuse arme populiste que le résultat diverge. Ahh les affres de la démocratie directe, surtout quand elle est proposée comme nos grincheux le soulignent rageusement à des analphabètes, des non-éduqués (on n’est pas loin des sans-dents, hein ?). Non décidément le referendum ne vaut pas l’infaillibilité unanimement reconnue des parlementaires bien éduqués eux. En fait, selon nos grincheux les gens sont des abrutis, on ne devrait pas les laisser voter. Et en plus ces non-éduqués sont pauvres souvent ruraux et vieux. Imaginez le cumul des tares pour les bobos de 18e, adeptes de l’onanisme intellectuel en mode BHL ! On défaille, on s’exclame. De vieux gueux illettrés qui votent mais de qui se moque-t-on, allons ! Bientôt l’attribution du droit de vote en fonction de l’âge, du lieu de résidence ou de la fortune.

Bientôt l’attribution du droit de vote en fonction de l’âge, du lieu de résidence ou de la fortune.

Voilà quelques-unes des réactions les plus viles recueillies ces derniers jours, il y en a bien d’autres du même calibre hélas. Ces réactions sont le signe de la prise de conscience d’une perte de pouvoir. Nous aurions tort de nous en moquer. Un animal blessé est toujours dangereux. On peut être sûr que cela va provoquer des réactions oligarchiques dures. Déjà certains réclament l’abrogation de l’article 50 du traité de l’union, article qui en permet la sortie. Devant le réveil des peuples, aucune remise en question, pas de refonte du projet européen, encore moins d’Europe des peuples. Non, devant ce réveil populaire, il est urgent pour nos grincheux d’accélérer la mise en place du projet technocratique/oligarchique éclairé. Les artifices, les promesses, les mensonges ne suffisent plus et le chantage, l’intoxication n’ont pas réussi ce coup-ci à juguler la volonté populaire.
Place donc aux manipulations des règles démocratiques, place à la démocratie restreinte, réservée. Fini de rire, le vote est une chose trop sérieuse pour être confiée aux peuples. Il va falloir produire un système conforme au marché, conformes aux élites, au dogme libéral. Et tant pis pour les peuples, tant pis pour nous. Après tout, nous l’avons bien cherché nous qui nous exprimons au lieu de suivre nos maitres. La relance de la construction/intégration européenne vanté par Hollande et Merkel s’annonce donc tendue. Nous risquons un vrai tour de vis autoritaire-libéral.
Pour notre bien … c’est sûr.

Article suivantRead more articles