Salle comble pour Alain de Benoist à Sciences Po

Salle comble pour Alain de Benoist à Sciences Po

Paris Vox – La salle était bien trop petite, hier soir, mercredi 20 avril, pour accueillir l’essayiste et philosophe iconoclaste Alain de Benoist et ce sont plusieurs dizaines de personnes qui ont été refoulées sans pouvoir assister à la conférence. Seule finalement une cinquantaine de personnes entassées parviendront à suivre les débats organisés autour du triptyque « Modernité, libéralisme et pensée unique ».
Une assistance attentive et studieuse, prenant notes et suivant avec intérêt les nombreux sujets évoqués par l’invité du jour, de la critique de « idéologie des droits de l’homme » à celle de « l’expertocratie » en passant par la dénonciation de la « théorie du genre », arguant notamment que « des milliers d’études empiriques montrent que les différences hommes-femmes ne se résument pas à ce qu’elles ont entre les jambes ».
Interrogé sur la notion de « grand remplacement », le conférencier a préféré évoquer une « grande transformation », convenant que « la France a changé en grande partie de visage, et que dans certaines zones ça prend des proportions non dicibles ».
Après une nouvelle série de question, la soirée s’est achevée vers 21h30 sur une petite saillie envers « La Nuit Debout », Alain de Benoist concluant : « Le peuple se lève tôt, il n’a pas les moyens de se transformer en noctambule. »
Si la présence de l’initiateur de la « Nouvelle droite », intellectuel atypique souvent ostracisé, a fait grincer quelques dents rue Saint Guillaume, le organisateurs se sont déclarés très satisfaits de cette conférence « riche en fond », remarquant qu’elle avait attiré davantage de monde que le très polémique et provocateur « Hijab Day ».

Fermer le menu