Agir face à la censure !

Agir face à la censure !

Paris Vox – Les géants de l’Internet censurent actuellement à tour de bras.. Face a cette inquiétante situation, loin de vouloir renoncer, il faut travailler et se réinventer, encore et toujours.


De la jungle originelle à la mise au pas libérale

Internet est souvent comparé à une jungle. Si l’image était assez vraie à ses débuts, la toile est de moins en moins cet îlot libertaire où se mêlaient toutes les pensées, pour le meilleur et le pire. Au début, internet était « un paradis » pour les marginaux et tous les réfractaires à la pensée unique. Ceux-là avaient vite compris le formidable outil de communication qui s’offrait à eux. Puis, le temps faisant son œuvre, le capitalisme a investi les lieux. Puis il a tâché de se rendre indispensable dans nos usages de l’Internet. Les géants du web que sont Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft et autres vampirisent jours après jours internet. L’atout de séduction de ces marques est d’avoir imposé la gratuité partout (courriels, plateformes vidéo, etc..). Alors qu’héberger un site, une vidéo ou encore avoir un compte mail devraient avoir un coût, ces structures ont su proposer un panel de services gratuit, aliénant ainsi le public du net devenu « captif » de ces multinationales..

Gratuité d’apparence

Un adage dit « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit ». Cette phrase est juste, bien qu’assez incomplète. Sur une plateforme gratuite, vous devenez le produit ET le producteur de contenu docile. Les ogres qui conduisent aux destinées de l’Internet mondial veulent vendre et ne tolèrent pas d’opinions opposées à la logque du marché. Récemment, plusieurs acteurs majeurs de la scène politique française se sont fait censurer par ces plateformes. On ne peut s’en étonner. A jouer sur le terrain de son ennemi, on accepte les règles de celui-ci. Car Internet est devenu le terrain de notre ennemi. En choisissant d’utiliser les plateformes de nos adversaires on les a légitimées, on leur a donné de l’audience et maintenant on s’en fait expulser petit à petit. Pour autant, il faut malgré tout continuer à surfer sur la toile.

Que faire ?

Mais il va falloir repenser nos usages et nos habitudes. Il ne faut rien attendre du côté de la loi ou des hommes politiques. Il faut se prendre en main et s’organiser par soi-même. Il faut se libérer du joug oligopolistique de l’internet. De nombreux sites amis fournissent un travail de qualité, et si chacun de nous ne connaît pas l’ensemble des sites luttant pour une société qui nous ressemble, il incombe à chacun de faire connaître « ses » sites aux autres. Nous devons devenir nos propres diffuseurs, promoteurs et publicitaires.

C’est pourquoi nous devons inonder, Facebook, Twitter et autres messageries de ce texte. Rappelons que partager une information ce n’est pas que cliquer sur partager ou retweeter (même si c’est déjà un bon début en soi  !), c’est également écrire un courriel, un message à ses proches. Relayer les informations issues des rangs de la réinformation doit devenir LA norme. Les médias aux ordres qui se félicitent de notre mise au pas doivent être boycottés.

Pour une tête coupée, deux doivent renaitre !

Face à la censure que l’on tente de nous imposer, nous devons devenir l’Hydre de Lerne. On ne doit pas attendre le coup de semonce pour soutenir les bonnes initiatives. Mais à chaque page qui tombe, deux nouvelles doivent éclore au minimum. Aucun géant de l’Internet ne sera notre Hercule. Il est de notre devoir de soutenir toutes les actions de nos idées. Un soutien peut être pécuniaire, il peut aussi être une contribution physique. Enfin, chacun de nous doit devenir un lanceur d’alertes, des sites amis (NDLR  : dont Paris Vox) peuvent vous aider à relayer vos informations en marge des circuits « institutionnels » verrouillés par nos ennemis.

Jean Ernice 
Fermer le menu