Début du procès du tueur au tournevis

Début du procès du tueur au tournevis

Paris Vox – Shéhérazade avait 22 ans, elle est morte le 23 décembre 2014, frappée d’un coup de tournevis à la tête alors qu’elle tentait de s’interposer entre une amie et 4 individus qui l’importunaient. Le procès de son assassin présumé, Dioncouda G., 28 ans, débute aujourd’hui.


Quatre coaccusés, âgés de 26 à 36 ans, comparaissent également devant la cour d’assises pour non-assistance à personne en danger. Le drame s’était déroulé rue dans Lappe, dans le 11 arrondissement.

Après avoir longtemps nié les faits, admettant simplement vendre de la cocaïne, Dioncouda G., habitant la Seine-Saint-Denis, a fini par passer aux aveux. Il a alors affirmé s’être approché des deux jeunes femmes parce « qu’elles tenaient des propos racistes », argument désormais systématiquement utilisé par tous les voyous d’origine extra-européenne pour tenter de minimiser leurs actes délictueux ou criminels. Il aurait alors voulu frapper l’une d’elle, aurait regardé dans sa poche, écarté une longue paire de ciseaux qui lui avaient semblé « trop dangereux », avant de choisir le tournevis parce qu’il « ne pensait pas qu’il risquait de tuer avec ». Il a avoué encore avoir porté un coup « très fort » mais « sans volonté de tuer ».

Dioncouda G. est également poursuivi pour avoir cherché à intimider et avoir fait agresser des témoins. Le prévenu est même allé jusqu’à s’en prendre à sa petite amie parce que celle-ci ne lui envoyait pas de mandat. Des écoutes téléphoniques ont révélé qu’il aurait demandé à l’un de ses séides :  «Dégomme-la comme si tu dégommais un bonhomme ».

L’accusé est un mulirécidiviste, condamné 13 fois entre 2006 et 2014.

Le verdict est attendu ce vendredi 8 décembre.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance