Rencontre avec « Méridien Zéro », la webradio pirate

Rencontre avec « Méridien Zéro », la webradio pirate

Paris Vox (entretien) – Depuis maintenant plusieurs années, la webradio « Méridien Zéro » propose à ses auditeurs des émissions iconoclastes et roboratives qui changent de l’eau tiède déversée par les médias « mainstream » . Rencontre avec l’un de ses principaux animateurs, le « Lieutenant Sturm ».


1) « Méridien Zéro » connaît un véritable succès d’audience et s’est imposé comme l’une des « locomotives » parmi les médias alternatifs. A quoi attribuez-vous cette réussite ?

Lieutenant Sturm : Tout d’abord merci au nom de Méridien Zéro de me recevoir dans vos colonnes, ensuite bravo et longue vie à ParisVox ! C’est toujours un plaisir de voir que le terrain de la réinfo se pare de nouveaux organes de combat.
Pour répondre à votre question, j’attribue notre réussite à trois facteurs. Le premier est que nous avons au départ bénéficié de l’aide de nos camarades italiens et de la communauté zentropa pour la diffusion. En matière de publicité, ce coup de pouce est évident. Le second tient à la dynamique interne de l’équipe. Nous avons été en capacité tour à tour de nous relayer pour que jamais MZ ne baisse de rythme. Le troisième et bien c’est que nous revendiquons haut et fort notre amateurisme, nos partis pris et notre totale liberté. Nous ne sommes ni à prendre ni à vendre. Cette indépendance est à mes yeux le meilleur garant de notre pérennité. On peut ne pas aimer ce que nous faisons mais on ne peut nous objecter notre liberté de parole et de ton, notre mentalité de pirates en somme.

2) Contrairement aux médias « mainstream » qui prétendent à une illusoire « neutralité », vous affirmez clairement vos convictions et vos engagements. Pouvez-vous brièvement nous les résumer.
Lt Sturm : Illusoire, c’est bien le mot. Et j’irais même plus loin, rechercher la neutralité c’est comme refuser le combat, une fuite, une excuse. Dominique Venner rappelait souvent que l’on peut être engagé tout en produisant un contenu à prétention scientifique. Et il le faisait. Sans avoir la prétention à la scientificité d’un Dominique Venner, nous pensons également que l’engagement, loin de nuire à un travail radiophonique est à même de le densifier. A MZ nous sommes clairement sur une ligne de piraterie militante. Venant d’horizons voire de familles politiques différentes, nous refusons les étiquettes mais nous manifestons clairement notre volonté d’insoumission joyeuse face au monde moderne. S’il fallait établir un socle lexical pour l’équipe je dirais : liberté, radicalité, Europe, France, identité, localisme,nature, mémoire, avenir. Nous militons pour une Europe-Puissance soucieuse des peuples et des patries. Nous luttons pour la survie des terroirs, des langues, des ethnies, des traditions. Nous luttons pour l’établissement d’une société libérée du Capital et du profit. Nous voulons une révolution populaire, sociale et écologique.

MZ2
3) Y-a-t-il des émissions qui ont particulièrement « cartonnées » ou dont vous êtes plus spécialement satisfaits et fiers ?
Lt Sturm : Ahh, vaste question. Nous atteignons bientôt les 300 émissions, sans compter les nouvelles. Je dois avouer que les Panorama Actualité sont toujours pour nous un carton et un vrai plaisir. Je ne suis pas là très objectif puisque j’anime la plupart d’entre eux. Il y a bien entendu les émissions qui ont reçu un invité de marque, Jean-Marie Le Pen, Alain Soral, Roland Dumas, Alain de Benoist, Bruno Mégret, Robert Ménard … Il y a également les émissions sur des thématiques brulantes comme le TAFTA, les élections présidentielles, européennes. Il y a aussi nos reportages de terrain pendant la Manif pour Tous. Et puis tout le reste. En fait pour être honnête et à part quelques ratés, nous sommes assez heureux du travail produit. Mais les émissions qui resteront les plus émouvantes à mes yeux sont celles que j’ai eu le plaisir de présenter en compagnie d’Emmanuel Ratier. Je voudrais ici saluer son soutien sans faille à notre radio, son aide précieuse et son infinie gentillesse, lui qui nous recevait dans son salon pour nos émissions lorsque notre studio a brulé.
4) Quels sont aujourd’hui les ambitions et les axes de développement de la radio ?
Lt Sturm : Et bien, nous venons de mettre en ligne un nouveau site www.radiomz.org. Notre volonté avec ce nouveau support est d’améliorer le confort de nos auditeurs par une navigation simplifiée, un archivage intelligent des émissions par thème, invités et présentateurs. Cet outil nous permet aussi d’accroitre le panel de nos émissions avec l’arrivée de Pavillon noir, Orages d’acier, Revue & Corrigés et Bal sanglant. D’autres émissions sont en préparation et devraient venir étoffer l’offre à partir de la rentrée. Nos axes de développement sont aujourd’hui de varier les écoutes en temps et thématiques. Des émissions de différents formats et au spectre élargi allant au-delà des émissions politiques, métapolitiques, géopolitiques ou historiques. Il nous semble en effet nécessaire aujourd’hui d’éveiller nos auditeurs à l’art, la littérature, l’écologie … Bref, pas de limite autre que celle des bonnes volontés et des bonnes idées. J’en profite d’ailleurs pour passer un message à vos lecteurs, nous avons toujours besoin d’animateurs, d’idées d’émissions. Alors n’hésitez pas !

5) Quel est l’invité que vous souhaiteriez recevoir et que vous n’êtes pas encore parvenu à « avoir » ? Quelle est – s’il y en a une – la personnalité qui ne sera jamais invitée sur Méridien Zéro ?
Lt Sturm : Pour répondre finement à cette question double, il faudrait interroger chaque animateur. On nous a c’est vrai posé quelques lapins de dernière minute. Je ne citerai pas de noms, nous ne désespérons pas de les recevoir. Mais je crois pouvoir répondre pour tous en disant qu’en cette période de pré-campagne présidentielle, nous serions très intéressés de recevoir dans nos studios Marine Le Pen, sa nièce Marion ou Florian Phillipot. Je lance d’ailleurs les invitations. Et pourquoi pas également Mélanchon ou Nicolas Hulot, ou même BHL, mais sur ces derniers j’ai quelques doutes de participation, voyez-vous.
Plus sérieusement et pour répondre à votre seconde partie de question, nous n’inviterons jamais tous ceux qui à nos yeux incarnent la traitrise à nos idéaux ou leur caricature, qu’ils soient ou pas de la « mouvance » comme l’on dit. C’est là notre souveraine liberté.

MZ3
6) Y-a-il un « profil type » de vos auditeurs et quels sont les interactions entre l’équipe de Méridien Zéro et ces derniers ?
Lt Sturm : Et bien non, pas du tout, pas de profil type. Nos auditeurs représentent un échantillon très large en âge, options politiques et profession. Pas mal de jeunes, mais aussi des gens d’âge plus mûr. Des militants, des isolés, des expatriés (on nous écoute en Amérique, en Asie, en Afrique et dans de nombreux pays d’Europe). Des optimistes, des pessimistes, des emportés, des sages. Ils ont cependant un point commun, la soif de comprendre et la volonté de chercher un sens au combat et les meilleurs vecteurs de victoire. Quant à nos interactions, elles se font essentiellement via les commentaires, les mails et les contacts sur les réseaux sociaux. C’est déjà beaucoup mais insuffisant à nos yeux. Aussi, nous préparons pour la rentrée un certain nombre d’initiatives de terrain pour renforcer nos liens avec notre importante communauté de fidèles auditeurs. Mais chut c’est une surprise.

7) Je suppose que les bénévoles de Méridien Zéro prennent quand même un peu de vacances, quel est l’agenda de la radio pour l’été ?
Lt Sturm : Oui, il faut bien pour ne pas tarir notre inspiration. Quelques jours de soleil et de détente, rien de mieux pour relancer la machine ! Nous allons donc travailler jusqu’à fin juillet et puis ce sera comme chaque année la traditionnelle pause au mois d’août, pause qui permettra la rediffusion de certaines des émissions les plus marquantes de l’année.

Fermer le menu