Faire un don
L’écologie et… les Hobbits !

L’écologie et… les Hobbits !

Paris Vox  (Tribunes) – L’écologie, on peut aussi la rencontrer dans les livres et dans les romans. Et pourquoi pas dans le Seigneur des anneaux ! Le premier chapitre est en effet entièrement consacré aux Hobbits dont le mode de vie est pour moi ce qui se rapproche le plus d’une utopie de vie écologiste intégrale.


 

Tolkien était un amoureux de la nature qui a été bouleversée par les transformations de son environnement dont il fut le témoin. Il témoigne dans son ouvrage d’une grande sensibilité à la beauté de la nature et de ses paysages. On trouve en effet plus de soixante espèces de plantes dans Le Seigneur des Anneaux – sans compter au moins huit espèces inventées –, ce qui reflète le goût tout particulier de Tolkien pour la flore.

 

Dans le Seigneur des Anneaux, le Mal est le Mal parce qu’il détruit la nature pour industrialiser la terre. Même la génétique est corrompue pour créer les Ouroukai. Sarouman, lui, déclare qu’ “Un nouvel ordre naîtra! Les forêts tomberont dans les flammes de l’industrie. Nous mènerons la machine de guerre avec l’épée et la lance et la poigne de fer des Orques..”. Un avenir bien sombre attend nos héros favoris mais dans le seigneur des anneaux heureusement, l’équilibre est rétabli, grâce aux Hobbits qui sont d’ailleurs des créatures très proches de la nature qui vivent paisiblement dans la Comté, une région de la terre du milieu qui correspond en fait à l’Angleterre rurale de Tolkien, la fameuse Angleterre des cottages. A son image donc, la Comté est un havre vallonné parsemé de ruisseaux riants, de collines d’herbe verdoyantes et de trous de hobbit confortablement nichés entre des champs bien entretenus.

 

L’emplacement de la Comté lui confère une fertilité naturelle, une chance pour les Hobbits qui ont un système d’agriculture extensive, c’est à dire qui utilise les ressources naturellement présentes dans le sol, dans laquelle on peut trouver diverses productions, comme les céréales, les fruits, les légumes (mention spéciale à ceux du père Magotte), le bois et l’herbe à pipe. C’est donc une terre de plaisirs simples : de la bonne bière, des mets délicieux et des jardins entretenus de main de maître.

 

Les Hobbits ont l’habitude de consommer tous les produits de leurs récoltes, ou bien de les conserver pour des cadeaux. Leur économie est également presque autarcique ; leur vie est donc principalement paysanne et artisanale, chacun s’entraide. Leur vie se compose de choses simples, ils n’aiment pas, et n’utilisent pas de machines complexes et d’utilisation trop ardue.

 

Leur alimentation est en outre basée sur six repas par jour en quantité abondante. Ils apprécient spécialement la bière et fumer la pipe. En sommes, ce sont de bons vivants qui vivent sainement, au rythme des saisons et de leurs fêtes, qui sont toujours prêt à s’amuser, ou bien à aller boire dans une auberge.

 

“Tout ce que nous avons à décider, c’est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti” nous explique Gandalf. Or, quand on lit Tolkien on éprouve le désir de rompre avec notre monde moderne étouffant, rempli de nouvelles technologies et de machines…

 

Et quoi : tout le monde rêve d’être un Hobbit non ? En plus, leur bilan carbone est excellent !

 

Floriane Jeannin (retranscription écrite de la chronique diffusée sur Radio Libertés)